Carnet

Piotr SLONIMSKI

Piotr SLONIMSKI 9 novembre 1922 - 25 avril 2009
01/10/2015

Le médecin, biologiste, et généticien français d'origine polonaise, Piotr SLONIMSKI s’en est allé à 86 ans, le 25 avril 2009 à Paris. Né le 9 novembre 1922 à Varsovie, il fait ses études de médecine clandestinement à Varsovie durant la Seconde Guerre mondiale et obtient son doctorat de médecine de l'Université de Cracovie en 1946. Il vient l'année suivante en France et intègre immédiatement le CNRS dans le laboratoire de génétique physiologique de Boris Ephrussi. Il passe alors sa thèse de science en 1952. Il fonde le Centre de génétique moléculaire du CNRS à Gif-sur-Yvette en 1967, qui est toujours actuellement un des centres européens les plus importants dans le domaine.

 

  • Le 5 mai 2009, il est inhumé à Gif-sur-Yvette dans L’Essonne.
  • Le Figaro annonce son décès en publiant l’article « Mort du généticien Piotr SLONIMSKI ». Il y est rapporté que « Le généticien français d'origine polonaise, Piotr SLONIMSKI, médaille d'or du CNRS 1985, est mort le 25 avril à l'âge de 86 ans, selon l'Université Pierre-et-Marie-Curie (Paris-VI) où il a enseigné durant 25 ans, jusqu'en 1991». Par ailleurs, l’article souligne que « Né le 9 novembre 1922 à Varsovie, Piotr SLONIMSKI, spécialiste de la génétique des mitochondries, les centrales à énergie des cellules d'une multitude d'organismes (de la levure de boulangerie, son modèle favori, aux mammifères), s'était vu décerné en 1985 la Médaille d'Or du CNRS pour ses « contributions majeures au développement de la biologie moléculaire ». Docteur ès-sciences en 1952, Piotr Slonimski a participé à la création du laboratoire de génétique physiologique de Gif-sur-Yvette, puis à celle du Centre de génétique moléculaire, unité CNRS/Paris VI, dont il a assuré la direction de 1971 à 1991 ».
  • Pour sa part, Le CNRS fait part de son décès via l’article intitulé « Disparition de Piotr SLONIMSKI ». Il y est annoncé que « Le généticien Piotr SLONIMSKI est décédé le 25 avril dernier à l'âge de 87 ans. Directeur de recherche au CNRS depuis 1962 et médaillé d'or de l'organisme en 1985, ce chercheur éminent a fortement contribué à l'essor de la biologie moderne en France. Il fut l'un des pères de la génétique mitochondriale et l'un des principaux artisans de la génomique, notamment par sa contribution au séquençage du premier génome eucaryote ».
  • Suite à l’annonce de son décès, Valérie PÉCRESSE, Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a tenu à saluer la mémoire d’ « un homme de sciences exceptionnel dont le courage et le parcours ont été couronné d'une médaille d'or du CNRS en 1985, l'une des plus importantes distinctions nationales françaises. Un chercheur reconnu tant nationalement qu’internationalement, ses travaux ont permis de réaliser de nombreuses découvertes, fondamentales dans le domaine de la génétique ».

 

Ajouter un message