Carnet

Jacqueline BEYTOUT

Jacqueline BEYTOUT   1918 - 19 août 2006
01/10/2015

La femme d'affaires et journaliste française, Jacqueline BEYTOUT est morte à 88 ans, le 19 août 2006 à Paris. Né en 1918, elle est la fille d'un Allemand et d'une employée à l'ambassade de France en Turquie. Elle profite d'un désaccord au sein des deux branches de la famille SERVAN-SCHREIBER pour entrer dans le capital des Échos en 1963. Directrice de la publication de 1966 à 1989, elle fait du journal le plus important quotidien économique français, bâtissant la réputation de sérieux et d'indépendance du journal des contingences du capitalisme français. En 1988, à l'âge de 70 ans, elle cède le contrôle actionnaire du journal aux anglais de Pearson pour éviter à sa mort sa reprise par un des grands groupes français qui avaient manifesté leur intérêt pour l'entreprise de presse (Michelin, Havas, Hachette Filipacchi Médias).    

 

  • Le Nouvel Observateur annonce son décès en publiant l’article « Décès de Jacqueline BEYTOUT ». Il y est rapporté que « La journaliste Jacqueline BEYTOUT, qui fut propriétaire et directrice de la rédaction du quotidien économique français Les Echos pendant 25 ans, est décédée à l'âge de 88 ans, a-t-on appris dimanche 20 août auprès du journal ». Par ailleurs, l’article rappelle que « Fin 1963, Pierre et Jacqueline BEYTOUT avaient fait l'acquisition du journal alors que des tensions opposaient plusieurs membres de la famille SERVAN-SCHREIBER, qui l'avait créé en 1908. Il s'agissait à l'origine d'un mensuel de quatre pages qui, vingt ans plus tard, devenait quotidien sous le nom actuel. En 1988, elle a revendu le quotidien au britannique Pearson, également propriétaire du Financial Times et de 50% du capital de The Economist, contre l'avis du Premier ministre de l'époque, Edouard BALLADUR ».
  • Pour sa part Les Echos fait part de son décès via l’article intitulé « Jacqueline BEYTOUT, ancienne propriétaire et PDG des « Echos » : une femme d'influence Sa vie fut un roman, qui la mena de l'humanitaire au monde de la presse ». Il y est annoncé que « Même l'âge n'avait guère altéré son activisme naturel. A quatre-vingt-cinq ans, elle entreprenait un livre, mettait trois jeunes enquêteurs sur des pistes prometteuses, donnait le style et le ton, se relevait une nuit pour écrire sur une feuille le titre truculent qu'elle venait d'imaginer: « Le coq gaulois ne chante plus... Il est en RTT ». Seule la mort pouvait arrêter les élans de Jacqueline BEYTOUT, patronne sans partage des « Echos » durant un quart de siècle, jusqu'en 1989. La mort, implacable, l'a visitée samedi à l'aube, dans sa quatre-vingt-neuvième année ».
  • Dans son article « Décès de Jacqueline BEYTOUT, ex-pédégère des « Echos » », Libération annonce que « Jacqueline BEYTOUT, ancienne propriétaire et PDG du quotidien économique les Echos de 1966 à 1989, est décédée samedi à l'âge de 88 ans. Avec son mari Pierre BEYTOUT, elle avait racheté le titre en 1963 à la famille SERVAN-SCHREIBER, fondatrice du quotidien. Elle avait ensuite développé le groupe dans le domaine de l'économie, notamment en créant des lettres spécialisées et en lançant le mensuel Enjeux les Echos ».

 

Ajouter un message