Carnet

Jean BOITEUX

Jean BOITEUX 20 juin 1933 - 11 avril 2010
01/10/2015
  • Naissance : 20 juin 1933 à Marseille
  • État civil : Jean BOITEUX est un nageur et dirigeant sportif français spécialiste des épreuves de demi-fond en nage libre dans les années 1950. Il est le premier champion olympique français de l'histoire des courses de natation grâce à sa victoire sur 400 m nage libre à Helsinki en 1952. Jean BOITEUX grandit dans une famille où la pratique de la natation sportive relève de la tradition. Son père, Gaston BOITEUX, est un ancien spécialiste des courses de traversée, et sa mère, Bibienne PELLEGRY, dite Bienna PELLEGRY, dispute deux fois les Jeux olympiques en 1924 à Paris et en 1928 à Amsterdam. En 1953, Jean Boiteux épouse une femme elle aussi nageuse, mais se fâche avec son père.
  • Décès : 11 avril 2010 à Bordeaux
  • Jean BOITEUX décède accidentellement en chutant d'une échelle alors qu'il jardine chez un voisin dans le quartier du Caudéran à Bordeaux où il réside à seulement deux jours du début des Championnats de France. Il avait 76 ans, était marié et père de trois enfants.
  • Marc Lafosse, le vice-président du club des Girondins de Bordeaux Natation, dont il était le président annonce son décès à Reuters.
  • Ses obsèques eurent lieu le lundi 19 avril 2010, en l’église Saint-Amand de CAUDERAN en Gironde. Le lendemain, un dernier hommage lui a été rendu à La Ciotat. Il fut inhumé dans le caveau familial dans l’après-midi.
  • Le quotidien « Le monde » annonça le décès du « Premier nageur, champion olympique français ». L’article souligne le fait que « seul Alain BERNARD, sacré aux JO de 2008, a depuis fait aussi bien chez les messieurs » et revient brièvement sur sa vie et son parcours.
  • Le journal « Le Figaro » intitule un article : « Jean BOITEUX n'est plus » tout en rappelant que le « premier champion olympique de l'histoire de la natation française » avait passé une vie près des bassins.
  • Tandis que le journal « La croix » au travers de l’article de Pascal CHARRIER : « Jean BOITEUX, à jamais le premier » en fait de même et revient sur l’exploit qu’il a réalisé.
Ajouter un message