Carnet

François-Xavier ORTOLI

François-Xavier ORTOLI 16 février 1925 - 29 novembre 2007
01/10/2015

L’inspecteur des finances, homme politique et homme d'affaires français, François-Xavier ORTOLI meurt le 29 novembre 2007. Notons qu’il fut Président de la Commission européenne. Il est notamment l'auteur du rapport qui lança le premier Plan Calcul en 1966. Né le 16 février 1925 à Ajaccio en Corse, il passe son adolescence en Indochine où son père est directeur de l'enregistrement. Il fait ses études secondaires au lycée Albert Sarraut de Hanoï. En 1947, il est admis à la toute nouvelle École nationale d'administration (ENA) puis, au terme de sa scolarité, intègre l'inspection des finances. Après avoir participé à plusieurs cabinets ministériels, il prend, en 1958, la tête de la direction du marché intérieur de la Commission européenne. 

 

  • AFP annonce son décès en publiant l’article « Décès de François-Xavier ORTOLI, ancien ministre de GAULLE et POMPIDOU ». Il y est rapporté que « François-Xavier ORTOLI, qui fut plusieurs fois ministre sous le général de GAULLE et Georges POMPIDOU, puis président de la CEE, est décédé le 29 novembre à l'âge de 82 ans, annonce sa famille lundi ». Par ailleurs, l’article souligne que « Né le 16 février 1925 à Ajaccio, ancien élève de l'ENA, il commença sa carrière comme conseiller technique puis directeur de cabinet de Georges POMPIDOU à Matignon de 1962 à 1966. Grand amateur de peinture et de poésie, passionné de culture méditerranéenne, François-Xavier ORTOLI, marié et père de quatre enfants, était notamment commandeur de la Légion d'honneur, croix-de-guerre 39-45, médaille de la Résistance  ».
  • Suite à l’annonce de son décès, le Premier ministre, François FILLON, a salué « le dévouement d'un homme qui avait assumé avec talent des responsabilités ministérielles majeures - l'Éducation nationale, l'Économie et les Finances, le Développement industriel - à une époque où la France moderne prenait son visage. Avec lui disparaît un homme de conviction, un des grands témoins et acteurs du volontarisme gaullien » déclare-t-il dans un communiqué. « Il assura la présidence de la jeune Commission Européenne de 1973 à 1977 et la conduisit à travers les écueils du désordre monétaire et du premier choc pétrolier. La stabilité de notre union monétaire lui doit beaucoup » rappelle le Premier ministre.

 

Livre d'Or

Ajouter un message