Carnet

Maurice FLOQUET

Maurice FLOQUET 25 décembre 1894 - 10 novembre 2006
01/10/2015

Le cinquième dernier poilu de la Première Guerre mondiale et l'homme français vivant le plus âgé, Maurice FLOQUET est décédé à l'âge de 111 ans et 320 jours chez sa fille de 79 ans à Montauroux (Var) le 10 novembre 2006. Né le 25 décembre 1894 à Poissons, il est incorporé au 26e régiment d'infanterie le 4 septembre 1914. Il sert en Belgique, puis dans le Pas-de-Calais et la Somme. En 1915, il est par deux fois grièvement blessé, lors d'un corps-à-corps, puis par une grenade offensive. Il subira plusieurs greffes et perdit l'usage d'une oreille. Envoyé à Sochaux pour travailler en usine, il ne rentre chez lui qu'en 1919. Après la guerre, il crée une affaire artisanale de réparation agricole et automobile à Poissons. Il a connu la cinquième génération de sa descendance.

 

  • 20 Minutes annonce son décès en publiant l’article « Le doyen des derniers poilus est mort ». Il y est rapporté que « Le doyen des cinq derniers poilus français de la Première guerre mondiale, Maurice FLOQUET, est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 111 ans, à Montauroux (Var) ». Par ailleurs, l’article souligne que « La veille de la commémoration de l’armistice du 11-Novembre 1918. Peut-être qu’il s’en moquait, Maurice FLOQUET, de ce symbole, de tenir jusque-là. D’ailleurs, sa fille Jeannine racontait que son père ne voulait «plus qu'on parle de lui», ni de la Grande Guerre qui lui a valu de graves blessures. Le 24 mars 2004, 87 ans après l'armistice, il a reçu les insignes d'officier de la Légion d'Honneur. Il allait avoir 112 ans à Noël ».
  • Pour sa part, Le Parisien fait part de son décès via l’article intitulé « Le doyen des poilus est mort ». Il y est annoncé que « Maurice FLOQUET, doyen de la Première Guerre mondiale, est décédé à l'âge de 111 ans, dans la nuit de jeudi à vendredi, à Montauroux (Var). Mobilisé à l'âge de 19 ans, en septembre 1914, et incorporé au 26 e régiment d'infanterie, Maurice FLOQUET avait pris part aux premiers combats de la Grande Guerre dans la Somme puis dans la Marne. Les deux fois, il avait été blessé avant de terminer la guerre dans une usine d'armement à Sochaux (Doubs). En cette journée de commémoration, il ne reste plus que quatre poilus survivants ».
  • Dans son article « Maurice Floquet, doyen des poilus français », Benoît HOPQUIN du  Monde annonce que « Doyen des poilus français, Maurice FLOQUET est mort, vendredi 10 novembre, à Montauroux, dans le Var. Il était âgé de 111 ans. Né le jour de Noël 1894, il est incorporé dans l'infanterie le 4 septembre 1914. Il est envoyé en Belgique, puis combat dans le Pas-de-Calais et la Somme. En 1915, il est grièvement blessé deux fois. La première fois, après un corps-à-corps, il est opéré à même le sol et se fait extraire un caillot de sang de la gorge. La seconde fois, il reçoit à la tête et au bras des éclats de grenade, est trépané deux fois, en réchappe à nouveau, mais perd l'usage d'une oreille ».

 

Ajouter un message