Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Drome Hebdo
L'Alsace
L'Essor
L'Eveil de Pont-Audemer
L'Impartial de la Drome
L'Indépendant de l'Yonne
La Dépêche
La Marseillaise
La Vie Quercynoise
La Voix de l'Ain
La Voix du Cantal
Le Courrier de Mantes
Le Démocrate Vernonnais
Le Maine Libre
Le Pays

Joëlle AUBRON

01/10/2015
Joëlle AUBRON 26 juin 1959 - 1 mars 2006

La militante d'Action directe, la française Joëlle AUBRON s’éteinte le 1er mars 2006, à l'âge de quarante-six ans, d'un cancer ayant provoqué des métastases vers le cerveau. Elle vient au monde à Neuilly-sur-Seine, le 26 juin 1959. Issue d'une famille bourgeoise, elle passe une enfance sans histoire jusqu'au baccalauréat où elle échoue deux fois1. Elle commence à alterner travail temporaire et participation à des squats à Paris où elle rencontre des militants d'extrême gauche. Sa participation à Action directe s'affirme en 1980 où elle est déjà familière des membres du futur noyau dur de l'organisation. Arrêtée le 9 avril 1982, elle est libérée le 24 janvier 1984. Elle reprend la gestion d'une librairie anarchiste, puis passe à la clandestinité en 1985, au moment où le groupe se radicalise.

 

  • La Dépêche annonce son décès en publiant l’article « Action Directe : Joëlle AUBRON est morte ». Il y est rapporté que « Joëlle AUBRON, ex-membre d'Action directe, est décédée hier après-midi à Paris à l'âge de 46 ans ». Par ailleurs, l’article souligne qu’« Atteinte d'un cancer aux poumons, elle était dans le coma depuis plusieurs jours. Elle avait bénéficié d'une suspension de peine en juin 2004 après avoir été opérée d'une tumeur au cerveau. Elle était la seule des quatre membres historiques du mouvement terroriste en liberté. Avec Nathalie MÉNIGON, Georges CIPRIANI et Jean-Marc ROUILLAN, elle avait été condamnée à deux reprises, en 1989 et 1994, à la réclusion à perpétuité notamment pour les assassinats du PDG de Renault Georges BESSE et de l'ingénieur général de l'armement René AUDRAN ».
  • Pour sa part, Le Figaro fait part de son décès via l’article intitulé « Joëlle AUBRON est décédée ». Il y est rappelé que « Joëlle AUBRON avait bénéficié d'une suspension de peine en juin 2004 après avoir été opérée d'une tumeur au cerveau. Son cancer principal, aux poumons, avait été détecté un an après sa libération. Elle était la seule des quatre membres historiques du mouvement terroriste en liberté. Benjamine du noyau dur du groupe terroriste Action directe (AD), elle avait été emprisonnée durant 17 ans, jusqu'à sa libération pour raisons médicales ».
  • Dans son article « Joëlle AUBRON, militante d'Action directe, est morte », Le Monde annonce que « Joëlle AUBRON, membre du groupe Action directe, est morte, mercredi après-midi 1er mars, à l'âge de 46 ans, a annoncé Alain POJOLAT, membre du comité de soutien aux militants d'AD emprisonnés. Atteinte d'un cancer du poumon, elle était dans le coma depuis plusieurs jours. Elle était sortie de prison, le 16 juin 2004, pour raisons médicales après dix-sept ans de détention ».

 

Livre d'Or

Ajouter un message
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z