Carnet

Gilles MARTINET

Gilles MARTINET 8 août 1916 - 29 mars 2006
01/10/2015

Le journaliste, homme politique et intellectuel de gauche français, Gilles MARTINET meurt le 29 mars 2006. Né le 8 août 1916 à Paris, il a cofondé le PSU avant de rejoindre le Parti socialiste. Licencié ès lettres et diplômé d'études supérieures d'histoire, il est d'abord séduit par le communisme au début des années 1930, et devient secrétaire des Étudiants communistes de Paris. Il quitte le parti communiste en 1938 après les procès de Moscou. Il s’engage dans la Résistance en 1941 et forge sa vocation de journaliste en participant à la publication de journaux clandestins comme l’Insurgé. En 1944, il prend la direction de l’agence Havas avec l’aide d’une section de FFI. Il devient le rédacteur en chef de l’Office français d'information, la future AFP, entre 1944 et 1948.

 

  • Le lundi 3 avril 2006, ses obsèques son célébrées au crématorium du Père-Lachaise.
  • Le Nouvel Observateur annonce son décès en publiant l’article « Mort du journaliste Gilles MARTINET ». Il y est rapporté que « Gilles MARTINET, résistant, homme politique fondateur du PSU, journaliste ayant participé à la création de l'Agence France-Presse, et ancien administrateur du Nouvel Observateur, est mort mercredi 29 mars à l'âge de 89 ans ». Par ailleurs, l’article souligne que « Né le 8 août 1916, il s'était engagé dans la vie politique en 1933 au sein du Parti communiste qu'il quittera cinq ans plus tard au moment des procès de Moscou. Devenu journaliste, il entre au service étranger de l'agence de presse Havas. Parallèlement à sa vie professionnelle, il a poursuivi son engagement politique en participant en 1960, à la fondation du PSU dont il a été secrétaire général adjoint avant de rejoindre le PS en 1972 ».
  • Pour sa part, Pascal VIROT de Libération fait part de son décès via l’article intitulé « Le résistant Gilles MARTINET est mort ». Il y est annoncé que « C'est un homme profondément de gauche. Et plus que cela. Gilles MARTINET, décédé hier à l'âge de 89 ans, s'est voulu une passerelle tentant de joindre les deux rives de la gauche, celle jacobine et mitterrandiste à celle girondine et rocardienne. Un cheminement inachevé, comme il le relate dans son ultime ouvrage, l'Observateur engagé, publié en 2004 ».
  • Dans son article « Gilles Martinet est mort », Christian de VILLENEUVE du Parisien annonce que « LA GAUCHE porte le deuil. Toute la gauche. Gilles MARTINET, décédé hier à l'âge de 89 ans, a été de tous les débats, combats ou aventures que les socialistes et communistes ont traversés au cours du XXème siècle. Journaliste puis dirigeant politique, il a, toute sa vie, recherché un équilibre entre la réflexion et l'engagement. Cet observateur engagé, était un homme de passion dont l'horizon ne s'arrêtait pas à nos frontières ».

 

Ajouter un message