Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Corse Matin
Corse Net Infos
L'Avenir de l'Artois
L'Eclaireur Vimeu
L'Eveil de la Haute Loire
L'Observateur du Valenciennois
L'Union/Marne
La Nouvelle République des Pyrénées
La Semaine du Minervois
Le Bulletin de l'Arrondissement de Rouen
Le Courrier La Gazette
Le Républicain Lorrain
Lozère Nouvelle
Populaire du centre
Sud-Ouest

Alexandra BOULAT

01/10/2015
Alexandra BOULAT 2 mai 1962 - 5 octobre 2007

La photographe française, Alexandra BOULAT meurt le 5 octobre 2007 à Paris. Notons qu’au mois de juin 2007, alors qu’elle était en reportage pour Paris-Match à Ramallah en Cisjordanie, elle fut victime d'une rupture d'anévrisme et passa trois semaines à l'hôpital en Israël, dans un coma médicalement provoqué. Elle fut rapatriée en France, toujours dans le coma. Elle est morte sans avoir repris connaissance. Fille du photographe français Pierre BOULAT, et de la fondatrice et directrice de l'agence Cosmos, Annie BOULAT, elle voit le jour le 2 mai 1962 à Paris. Elle est connue pour son travail sur les zones de guerre. Elle fait des études de dessin et d'histoire de l'art à l'École des beaux-arts de Paris. 

 

  • L’Humanité annonce son décès en publiant l’article « Le décès d'Alexandra BOULAT ». Il y est rapporté que « La photographe Alexandra BOULAT, dans un état critique depuis le mois de juin, est morte vendredi. Elle n'a pas survécu à une rupture d'anévrisme qui l'avait terrassée alors qu'elle « couvrait » les graves affrontements opposant Hamas et Fatah, à Ramallah. Elle avait quarante-cinq ans ». Par ailleurs, l’article souligne que « « Je suis tombée par hasard dans la guerre », disait-elle alors que, membre de l'agence SIPA, elle rentrait en 2001 de dix ans de conflit en ex-Yougoslavie. Partie capter là-bas les derniers moments de paix, elle avait dressé de ce pays l'inventaire avant liquidation, puis avait suivi en Slovénie, Bosnie, Croatie, Kosovo, la tragique et longue descente aux enfers de cette région fragmentée, qu'elle ne pouvait lâcher tant elle y était attachée. À Sarajevo, elle avait découvert Zlata FILIPOVITCH, douze ans, qui tenait son journal et donnait un visage à cette guerre atroce. Via les images d'Alexandra, les gens s'étaient identifiés à cette adolescente dont l'histoire, traduite en 35 langues, s'est vendue à un million d'exemplaires ».
  • Pour sa part Libération fait part de son décès via l’article intitulé « Mort d'Alexandra BOULAT ». Il y est annoncé que « Cofondatrice de l'Agence VII et reporter de guerre, primée à Perpignan en 1998, Alexandra BOULAT est morte le 5 octobre à Paris à 45 ans. Elle sera inhumée vendredi à Jacqueville (77) ».
  • Dans son article « La photoreporter Alexandra BOULAT est décédée, les grands reporters en deuil », Jean-Paul NEY du Huffington Post annonce qu’« Alexandra BOULAT, qui a couvert de nombreux conflits et, depuis deux ans, les événements au Moyen Orient, est décédée vendredi à Paris à l'âge de 45 ans des suites d'une rupture d'anévrisme, a annoncé son entourage. Elle était installée à Ramallah et a particulièrement couvert ces derniers mois la situation dans la bande de Gaza ».

 

Livre d'Or

Ajouter un message
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z