Carnet

Ladislas KIJNO

Ladislas KIJNO 27 juin 1921 - 27 novembre 2012
01/10/2015

Le peintre français, Ladislas KIJNO est mort à 91 ans, le 27 novembre 2012 à Saint-Germain-en-Laye. Né à Varsovie le  27 juin 1921, il est arrivé en France dans le milieu des années 1920. Il étudia la philosophie, avec notamment Jean GRENIER, puis fréquenta l'atelier de Germaine RICHIER dans l'après-Seconde guerre mondiale. Installé en région parisienne depuis la fin des années 1950, il a, au fil des décennies, multiplié les vaporisations en peinture et s'est imposé comme l'un des maîtres de la technique dite du froissage. Dans les années 1990, il travaille à la rose du portail de Notre-Dame de la Treille de Lille. Elle sera achevée 9 ans plus tard. Samedi 1er décembre 2012, ses obsèques ont lieu au cimetière Montparnasse à Paris.  

 

  • Nord Éclair annonce son décès en publiant l’article « Ladislas KIJNO est mort : entre le peintre et le Nord, une histoire d’amour ». Il y est rapporté que « Le grand peintre Ladislas KIJNO est décédé dans la nuit de lundi à mardi. De Nœux-les-Mines où il arriva en 1925 à la rose du portail de la Treille en passant par une grande expo à Tourcoing, à de multiples reprises, sa vie a croisé le Nord ». Par ailleurs, l’article souligne qu’ « Il est né à Varsovie en 1921 d’un père polonais et d’une mère française, originaire de Barlin. Mais c’est à Nœux-les-Mines, où ses parents s’installèrent en 1925, qu’il a grandi. Il fréquente l’école Saint-Exupéry et dessine et peint à partir de tout ce qui lui tombe sous les yeux. Il poursuit ses études au petit séminaire d’Arras puis à l’université catholique de Lille où il obtient sa licence de philosophie en 1946. À la fin des années 50, il s’installe en région parisienne et c’est dans sa maison de Saint-Germain-en-Laye qu’il s’est éteint dans la nuit de lundi à mardi à l’âge de 91­ans ».
  • Pour sa part, La Voix du Nord fait part de son décès via l’article intitulé « Le peintre engagé Ladislas KIJNO s'est éteint ». Il y est annoncé qu’ « On pensait que rien ne ferait vaciller sa flamme : c'était l'ardeur faite homme. Mais Ladislas KIJNO s'est éteint dans la nuit de lundi à mardi dans sa maison de Saint Germain-en-Laye, tout près de l'atelier où il aura tant œuvré pour aiguiser les regards et chambouler les consciences. Si la peinture devient sa raison d'être, c'est aussi, pour lui, un espoir de changer le monde : «­et si dans notre société où la volonté de puissance et des forces de destruction nous mènent à notre perte, créer était notre seule chance de survie ? » ».
  • Dans son article « Décès de l’artiste Ladislas KIJNO », Le Journal des Arts annonce « Le peintre Ladislas KIJNO est décédé dans la nuit du 26 au 27 novembre à l’âge de 91 ans. Son œuvre se déploie au-delà de la peinture et de la sculpture, avec la réalisation entre autres de la rosace de la cathédrale de Lille, inaugurée en 1998, d’une Cène pour l’église d’Assy en 1949, de nombreux ouvrage de poésie, et une œuvre commune avec l’artiste Robert COMBAS »

 

Livre d'Or

Ajouter un message