Carnet

Chokri BELAÏD

Chokri BELAÏD 26 novembre 1964 - 6 février 2013
01/10/2015

L’homme politique et avocat tunisien, Chokri BELAÏD est mort à 48 ans, le 6 février 2013 à El Menzah. Il est assassiné par balles alors qu'il sort de son domicile. Il est vite transporté d'urgence à la clinique Ennasr. Ce n'est qu'à 8 heures 45 qu'il décède Né le 26 novembre 1964 à Djebel Jelloud, il a étudié le droit en Irak avant de poursuivre des études de troisième cycle à l’Université Paris 8, en France. Dans les années quatre-vingt, il était très actif et était membre de l'Union générale des étudiants de Tunisie et chef de la mouvance des patriotes démocrates à l'université tunisienne. En avril 1987, il est détenu dans le sud de la Tunisie, sous Habib Bourguiba pour son activisme politique en milieu universitaire.

Le Parisien annonce son décès en publiant l’article « Tunisie : Chokri BELAÏD, démocrate et pourfendeur des islamistes ». Il y est annoncé qu’ « Assassiné ce mercredi, le Tunisien Chokri BELAÏD était un farouche opposant aux islamistes au pouvoir et un militant de tendance marxiste et panarabe, qui a été propulsé par les médias au-devant de la scène politique après la révolte ». Par ailleurs, l’article souligne qu’ « Arborant une grosse moustache d'ébène, Chokri BELAÏD, 48 ans, était une figure de l'opposition tunisienne, à la voix rugueuse et au franc-parler bien connu de son peuple. Cet assassinat a fait trembler son pays, provoquant une intense émotion qui dépasse les frontières de la Tunisie. François HOLLANDE a ainsi fait part de sa tristesse, expliquant que la Tunisie avait perdu «une de ses voix les plus courageuses et les plus libres» ».

Dans son article « Mort de l'opposant tunisien Chokri BELAÏD : « On a assassiné un démocrate » », Le Monde annonce que « L'émotion, considérable en Tunisie dès l'annonce, mercredi 6 février, de l'assassinat par plusieurs tirs de Chokri BELAÏD, une figure de l'opposition de gauche, abattu alors qu'il sortait de son domicile, n'a cessé de s'amplifier tout au long de la journée. A la clinique Ennasr de Tunis, une foule considérable et très émue était déjà présente lors de l'annonce officielle du décès de Chokri BELAÏD. Puis l'information s'est rapidement propagée et plus d'un millier de personnes commençaient à s'attrouper devant le ministère de l'intérieur tandis qu'à Paris, un rassemblement devant l'ambassade de Tunisie était organisé dès la fin de matinée ».

Ajouter un message