Carnet

Pierre VEILLETET

Pierre VEILLETET 2 octobre 1943 - 8 janvier 2013
01/10/2015
Le journaliste et écrivain français, Pierre VEILLETET est mort à 69 ans, le 8 janvier 2013. Né le 2 octobre 19431à Momuy (Landes), il reçoit en 1976 le prix Albert-Londres. De 1968 à 2000, il travaille au quotidien Sud Ouest, où il est grand reporter en 1973. Il est notamment responsable de Sud Ouest Dimanche de 1979 à 1989, puis rédacteur en chef de Sud Ouest jusqu’en 2000. Il participe également en 1979 au lancement d'une revue de tauromachie, un sujet qui le passionne, Les Cahiers de la corrida. Il a été président de Reporters sans frontières et réélu en 2007 pour un mandat de deux ans.   
  • Ouest France annonce son décès en publiant l’article « Nécrologie : Décès du journaliste et écrivain Pierre VEILLETET ». Il y est annoncé que « Le journaliste et écrivain Pierre VEILLETET, ancien président de Reporters sans frontières France, figure historique du quotidien Sud Ouest dont il fut rédacteur en chef, prix Albert Londres, est décédé à l’âge de 69 ans, a-t-on appris mercredi auprès de la direction du journal ». Par ailleurs, l’article souligne que « VEILLETET, originaire de Momuy (Landes), avait reçu le prix Albert Londres pour ses reportages sur l’Espagne, où il se trouvait par hasard en vacances, au moment de l’agonie et de la mort de Franco en 1975, pour le journal Sud Ouest où il était grand reporter. Épris de littérature, mais aussi passionné de cinéma, de vins, de tauromachie, de sports mécaniques, VEILLETET contribua à diverses revues spécialisées, ou en fonda (Les Cahiers de la corrida) ». 
  • Dans son article « Décès du journaliste-écrivain Pierre VEILLETET », L’Express annonce que « Le journaliste et écrivain Pierre VEILLETET, ancien président de Reporters sans frontières France, figure historique du quotidien Sud Ouest dont il fut rédacteur en chef, prix Albert Londres, est décédé à l'âge de 69 ans. Il signa une dizaine de romans et essais, plusieurs primés (« La Pension des Nonnes », Prix François-Mauriac 1986). Il était un « grand styliste, à l'écriture ciselée, drôle voire caustique avec des nuances désespérées », selon le rédacteur en chef de Sud Ouest Yves HARTÉ ; un style non sans rappeler le courant des Hussards, ou Antoine BLONDIN dont il était l'ami ».
Ajouter un message