Carnet

Damien BOITEUX

Damien BOITEUX 24 novembre 1971 - 11 janvier 2013
01/10/2015
Le chef de bataillon du 4e régiment d’hélicoptères des Forces spéciales, le français Damien BOITEUX est décédé dans sa 41ème année, 11 janvier 2013, lors de la première phase de l’opération Serval consistant, en appui des forces armées maliennes, à stopper l’avancée des groupes djihadistes vers le Sud du Mali. Né le 24 novembre 1971, il aura servi la France durant 22 ans. A 19 ans, il s’engage le 1er janvier 1991 en qualité d’élève sous-officier à l’école nationale des sous-officiers d’active (ENSOA) de Saint-Maixent. A l’issue d’une brillante formation initiale, il rejoint l’école d’application de l’aviation légère de l’armée de Terre de DAX le 5 août 1991. Il est nommé sergent le 1er avril 1992. Breveté pilote, il est affecté au 1er régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg le 9 juin 1992.  
  • Le Parisien annonce son décès en publiant l’article « Mali : un pilote français tué lors d'un raid aérien ». Il y est rapporté que « L'intervention militaire de la France au Mali a coûté la vie à l'un de nos soldats. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le DRIAN a révélé ce samedi qu'un pilote d'hélicoptère français de 41 ans, Damien BOITEUX, a été tué lors du raid aérien mené vendredi par l'armée tricolore à Konna, cette ville du centre du pays (à 700 km de Bamako) que des insurgés islamistes avaient pris d'assaut la veille ». Par ailleurs l’article souligne que « Le pilote, qui appartenait au 4e régiment d'hélicoptères de combat (RHC) de Pau, a été mortellement «blessé par une arme légère d'infanterie» alors qu'il se trouvait à bord d'un engin de type Gazelle, a précisé Jean-Yves Le DRIAN. Il n'est pas mort sur le coup et a d'abord été évacué vers la structure médicale la plus proche «avant de succomber à ses blessures» ».
  • Dans son article « Mali : après la mort rapide d'un officier, l'opération militaire s'annonce compliquée », Le Monde annonce qu’ « Un pilote du 4e Régiment d'hélicoptères des forces spéciales de Pau est mort, vendredi 11 janvier dans l'après-midi, dans les premières heures de l'engagement français au nord-Mali, a annoncé le ministre de la défense samedi matin. Le lieutenant Damien BOITEUX, chef de bord de l'appareil, a été touché à l'artère fémorale et il est décédé des suites de ses blessures lors de son transfert à l'hôpital de Mopti, a annoncé l'état-major. Il s'agit du premier mort de l'opération, baptisée « Serval », qui vise depuis 24 heures à stopper l'avancée des groupes islamistes : Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et Ansar Eddine ont uni leurs forces pour lancer, jeudi, hors de leurs bastions touaregs du nord du pays, une offensive coordonnée vers le sud du pays ». 

Livre d'Or

Ajouter un message