Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Haute-Provence Info - L'Action Paysanne
L'Avenir
L'Avenir de l'Artois
L'Echo Béarnais
L'Eclaireur Vimeu
La Tarentaise Hebdo
La Thiérache
Le Mémorial de l'Isère
Le Pays d'Auge
Le Penthièvre
Les Sables Vendée Journal
Lozère Nouvelle
Pontivy Journal
Presse Océan
Vaucluse Matin

Robert BONNAUD

01/10/2015
Robert BONNAUD   1957 - 22 janvier 2013

L’historien et militant anticolonialiste français, Robert BONNAUD est décédé dans sa 83ème année, le 22 janvier 2013 à Paris. Le 25 janvier 2013, ses obsèques sont célébrées au cimetière du Père Lachaise où il fut inhumé par la suite. Il est né le 13 novembre 1929 à Marseille. En 1957, sur les conseils de son ami de lycée Pierre Vidal-Naquet, il publie dans la revue Esprit un article intitulé « La Paix des Némentchas », dénonçant les massacres perpétrés par l'armée française auxquels il a assisté en Algérie. En juin 1961, il est arrêté et emprisonné à la prison des Baumettes pour ses activités de soutien au FLN. Il est libéré en juin 1962, deux mois après les accords d'Évian. Il est l'auteur de nombreux articles publiés dans La Quinzaine littéraire. Il est le père du journaliste Frédéric BONNAUD et d'Irène BONNAUD, metteur en scène.  

 

  • Le Monde annonce son décès en publiant l’article « Mort de Robert BONNAUD, historien et militant anti-guerre d'Algérie ». Il y est rapporté que « C'est une grande voix anticolonialiste qui s'éteint. Historien singulier, militant de toujours, une de ces consciences qui surent s'élever au milieu des passions de la guerre d'Algérie, Robert BONNAUD est mort le mardi 22 janvier à Paris à l'âge de 83 ans ». Par ailleurs l’article souligne qu’ « Issu d'une lignée modeste, Robert BONNAUD naît le 13 novembre 1929 à Marseille, dans un milieu populaire où l'action politique a un sens. A la fin du XIXe siècle, son grand-père est ainsi l'un des fondateurs des syndicats de traminots de la ville. Son père, marin sur le front de l'Est lors de la Grande Guerre, et maintes fois puni pour "mauvais esprit" parce qu'il diffuse des journaux jugés subversifs, est ouvrier spécialisé, puis contremaître aux aciéries du Nord dans la cité phocéenne pour subvenir aux besoins de sa famille nombreuse. Pour le petit Robert, le prolétariat et la lutte des classes sont une réalité vécue. Il sera un militant discipliné, sinon docile, et adhère tout naturellement, étudiant, au Parti communiste. L'invasion nazie et l'occupation ont aussi joué un rôle déterminant dans l'engagement du jeune homme ».
  • Dans son article « Disparition de Robert BONNAUD : décès d’un militant de la cause algérienne », El Watan annonce que « Le militant Robert BONNAUD est mort le 22 janvier à Paris à l’âge de 83 ans. Il a soutenu de toutes ses forces l’aspiration indépendantiste du peuple algérien. Il faisait partie des grandes et belles figures françaises de l’anticolonialisme. Marseillais de naissance le 13 février 1929, la capitale du Sud français l’imprégnera toute sa vie. Question militantisme, il avait de qui tenir puisque son grand-père, à la fin du XIXe siècle, était un pionnier du syndicalisme, fondateur des syndicats de traminots de la ville. Jeune adhérent au Parti communiste, la période de l’occupation nazie durant la Seconde Guerre mondiale l’aura marqué pour le restant de sa vie ».

Livre d'Or

Ajouter un message
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z