Carnet

Giulio ANDREOTTI

Giulio ANDREOTTI    - 6 mai 2013
01/10/2015

L’ancien président du Conseil Giulio Andreotti, doyen de la classe politique italienne, est mort à 94 ans, selon Le Monde. «l’inoxydable» était le dernier grand survivant, brillant et contesté, d’une Démocratie-chrétienne qui a gouverné l’Italie d’après-guerre, redonnant au pays son rang européen, au prix de multiples compromissions. Un acteur de tout premier plan de la vie publique nationale pendant plus de 60 ans disparaît

Le président Giorgio Napolitano a salué un homme d’Etat  qui a joué un rôle de grande importance pour les institutions et a représenté, avec une continuité exceptionnelle, l’Italie dans les relations internationales et dans la construction europeénne.

Le Romain Andreotti, qui allait quotidiennement à la messe et connaissait de nombreux prélats au Vatican, était une silhouette inoubliable des deux côtés du Tibre: yeux pétillants derrière ses lunettes à monture carrée, bossu, la répartie cinglante, il était considéré comme un «Machiavel».

Appelé au gouvernement une première fois en 1972, Andreotti emporte dans la tombe beaucoup de secrets de l’Italie de la Guerre froide et des Années de plomb, notamment sur les liens avec le Vatican. Ses imposantes archives, ouvertes seulement à des chercheurs sur autorisation, sont attendues mais craintes.

 

Ajouter un message