Carnet

Henri CAILLAVET

Henri CAILLAVET 13 février 1914 - 27 février 2013
01/10/2015

L’homme politique français, Henri CAILLAVET est décédé dans sa 99ème année, le 27 février 2013 à Bourisp dans les Pyrénées en vallée d'Aure. Né le 13 février 1914 à Agen, il eut une longue carrière politique et parlementaire (38 années de mandats électoraux — 29 ans député ou sénateur du Lot-et-Garonne). Après un brillant cursus universitaire, il est licencié es-lettres et docteur en sciences politiques. Il exerce la profession d’avocat à la Cour de Bagnères-de-Bigorre. Dès 1940, Il s’oppose à la politique du Maréchal Pétain. Empêché de passer son agrégation de Droit, « faute de mieux », il plaide au barreau de Bagnères-de-Bigorre. Ses actions contre le régime de Vichy provoquent son arrestation en mai 1942, qui « le relâche faute de preuve ».

 

  • La Dépêche annonce son décès en publiant l’article « L'ancien ministre Henri CAILLAVET s'est éteint à l'âge de 99 ans ». Il y est rapporté que « Retiré à Bourisp (Hautes-Pyrénées), Henri CAILLAVET, né à Agen le 13 février 1914, est décédé hier, à l'âge de 99 ans, à son domicile, des suites de complications pulmonaires ». Par ailleurs l’article souligne qu’ « Emporté à l'âge de 99 ans, cet athée engagé, à l'œuvre au Grand Orient de France, fut moteur de l'évolution des mentalités dans la société française du XXe siècle. Les greffes d'organes, la procréation médicale assistée, l'interruption volontaire de grossesse, le divorce par consentement mutuel, le droit de mourir dans la dignité sont autant de combats qu'il mena et gagna de haute lutte. Il fut à l'avant-garde (reconnaissance de l'homosexualité, transsexualisme), s'exposa aux critiques les plus vives mais tint toujours bon, créa la Commission nationale informatique et liberté (CNIL), présida la commission pour la transparence de la presse. Anarchiste dans sa jeunesse, il rallia le radicalisme par raison ».
  • Dans son article « Mort d'Henri CAILLAVET, ancien ministre », Le Figaro annonce que « L'homme politique Henri CAILLAVET, qui fut une grande figure du radicalisme, ancien ministre, franc-maçon, longtemps député puis sénateur du Lot-et-Garonne, ancien eurodéputé, est mort la nuit dernière à 99 ans. "Il est mort peu après minuit, dans sa maison de Bourisp, dans les Hautes-Pyrénées, comme il le voulait: dans la dignité, sans acharnement thérapeutique", a précisé François CAILLAVET. Le Premier ministre Jean-Marc AYRAULT a salué dans un communiqué "la mémoire de ce grand parlementaire et notamment ses positions courageuses sur la fin de la vie, ainsi que son engagement dans la Résistance". Ce libre-penseur, né le 13 février 1914 à Agen (Lot-et-Garonne), fut membre du réseau de résistance Combat, a indiqué son fils à l'AFP ».

 

Livre d'Or

Ajouter un message