Carnet

Rubin Carter

Rubin Carter 6 mai 1937 - 20 avril 2014
01/10/2015
Le légendaire boxeur américain Rubin Carter connu sous le nom de « Hurricane » s’est éteint à sa résidence de Toronto, dimanche 20 avril à l'âge de 76 ans. Selon John Artis, son ami de longue date, il souffrait d'un cancer de la prostate.
 
Après avoir passé plus de 19 ans en prison pour un triple meurtre qu’il a continuellement nié, il a été innocenté. John Artis, coaccusé dans cette cause a déménagé à Toronto et a abandonné son travail aux États-Unis pour prendre soin de Carter, après que ce dernier a reçu son diagnostic, il y a près de trois ans.
 
Né à Clifton dans le New Jersey le 6 mai 1937, Rubin Carter a grandi au sein d'une famille de sept enfants. Il fut être le seul à avoir eu à faire avec la justice, le conduisant même, alors qu’il n’avait que 14 ans, à être emprisonné dans une maison de correction pour les délinquants juvéniles, suite à un braquage. En 1954, il s'évada du centre pour s’engager dans l'US Army où il a dû faire face à la ségrégation raciale et où il a également développé sa pratique de la boxe en Allemagne. Piètre soldat, Rubin Carter fut quatre fois traduit en cour martiale pour des charges allant de la désobéissance à l’absence illégale. Après son retour dans sa ville natale à New Jersey, Carter a été rattrapé par les autorités pour son évasion du centre de redressement et a dû faire dix mois de plus de détention.
 
À sa libération en septembre 1961 de la prison d'État de l'East Jersey, pour une série d'agressions, Carter a commencé sa carrière de boxeur. Il était petit de taille, mesurant 1,73 m, il a toutefois toujours combattu avec un poids proche des 70 kg. Son agressivité, la robustesse de ses coups ainsi que ses victoires après avoir combattu de bons nombres de ses adversaires légitimes chez les poids moyens ont fait de lui un boxeur professionnel et lui faisant le favori des foules. En 1963, Ring Magazine l’a classé dans son « Top 10 » des poids moyens.
 
La vie du boxeur a changé à tout jamais un soir d'été, en 1966, quand une femme et deux hommes, tous de race blanche, ont été assassinés dans un bar du New Jersey.
 
Les forces de l’ordre étaient à la recherche de deux suspects noirs dans une voiture blanche, et ont intercepté Carter et Artis quelques minutes après le crime, même s'ils étaient trois dans la voiture au moment du contrôle. Ils ont été jugés coupables lors même que les témoins présents au moment des meurtres n’arrivaient pas à les identifier et qu’il n’y avait aucune preuve tangible liant les deux hommes aux meurtres.
 
Après plus de 19 ans d’enfermement, Carter a été libéré de prison en 1985 quand un juge fédéral américain a annulé sa deuxième condamnation, la qualifiant entachée de racisme. Il a déménagé à Toronto et fut plus tard le fondateur – directeur de l'Association de défense des condamnés à tort permettant depuis 1993, la libération de 18 détenus.
 
Après l'avoir rencontré en prison et lu son autobiographie, Bob Dylan a écrit son vécu dans la chanson « Hurricane » en 1975. En 1999, l’histoire de Rubin Carter a également inspiré Norman Jewison à réaliser « Hurricane Carter », un long métrage qui a valu à Denzel Washington l'Oscar du meilleur rôle masculin ainsi qu’un Golden Globe du meilleur acteur.
Ajouter un message