Carnet

Jean-Yves Dusserre

Jean-Yves Dusserre 1 janvier 1953 - 27 décembre 2014
01/10/2015

Les hautes-alpins sont en deuil. Le président du conseil général (UMP) et sénateur des Hautes-Alpes, Jean-Yves Dusserre s’est éteint samedi 27 décembre des suites d'une longue maladie. Le 1er janvier prochain, il allait avoir 62 ans. Il se battait depuis des mois contre un cancer avec toutes ses forces, mais aussi en toute discrétion.

Né à Gap le 1er janvier 1953, Jean-Yves Dusserre a été élevé au sein d’une famille d’agriculteurs dans le Champsaur. Il a quitté sa vallée pour Aix-en-Provence afin de réussir une maîtrise de droit privé. Son diplôme en poche, il revient au pays, et intègre le conseil municipal de Chabottes dès l’âge de 24 ans, où il sait se faire apprécier et respecter, au point d’être élu deux ans plus tard seulement, maire de la commune.

Ces origines qu’il n’oubliera jamais, vont lui servir d’ancrage, alors qu’il était encore 1er adjoint à Chabottes, pour se lancer en 2008, dans une carrière qui l’a consacré président du conseil général des Hautes-Alpes.

Patrick Ollier qui était candidat aux législatives dans les Hautes-Alpes en 1988, avait besoin d’un suppléant dans le Champsaur et a choisi Jean-Yves Dusserre, une collaboration qui va durer 14 ans.

Il va gravir au fil des années tous les échelons de la vie politique du Département. Il devient en 1998, 2e vice-président d’Alain Bayrou, qui a accédé au siège présidentiel. Il a encore grimpé d’un cran le mandat suivant. Lorsqu’Alain Bayrou est renversé en 2004, il retisse avec patience, les fils d’une opposition divisée. Et 4 ans plus tard, il accède au fauteuil présidence du conseil général, jouissant notamment du ralliement du maire PRG de Gap, Roger Didier et de Jean-Michel Arnaud. Une décision difficile va commencer son mandat, celle d’augmenter les impôts de 30 %, mais les Haut-Alpins ne lui ont pas tenu rigueur, car il conservera son fauteuil présidentiel en 2011.

Dusserre se lance pour la première fois aux parlements en 1998, s’opposant au sénateur sortant Marcel Lesbros. Puis une seconde fois en 2002, mais il est battu par le PRG Joël Giraud au second tour. Mais la troisième fois sera la bonne. Fort de sa légitimité en tant que président du conseil général, il sort vainqueur face à Jean-Michel Arnaud, son 1ervice-président au conseil général, et l’emporte largement au second tour.

La maladie ne lui a guère laissé le temps de profiter de sa victoire et d’exercer ce nouveau mandat, l’arrachant des mains des hauts-alpins de sa famille, trois mois après son élection.

Ajouter un message