Carnet

Kenan Evren

Kenan Evren 17 juillet 1917 - 9 mai 2015
01/10/2015
Kenan Evren, militaire et homme politique turc, est né à Alaşehir le 17 juillet 1917 et mort dans un hôpital militaire à Ankara le 9 mai 2015. Il était chef de l'État de 1980 à 1989.
 
Issu d'une famille d’immigrés turcs originaires des Balkans, le jeune Kenan Evren, éduqué dans les milieux militaires, a fait son entrée dans l'armée à partir de 1938, l'année de la mort de Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la République turque. Après sa participation à la guerre de Corée au sein de la brigade turque, qui a divisé le pays en deux en 1953, l’officier a été promu, en 1964, au grade de général. À cette époque, l’armée se dressait comme gardienne de la laïcité et l’autorité à la manière de Kemal et dominait la vie politique du pays. Enfin, il est nommé chef de l'état-major de l'armée turque en 1978.
 
Sitôt à la tête de l'armée, Kenan Evren qui a jugé incompétent Süleyman Demirel, le premier ministre de l'époque, a adressé une première mise en garde à l’endroit de ce dernier. Deux ans plus tard, le 12 septembre 1980, Kenan Evren a renversé le gouvernement du premier ministre Süleyman Demirel par un coup d'État, procédé à la dissolution du Parlement et suspendu les libertés publiques. Il a été placé à la tête du « conseil de sécurité », et devenu chef de l'État par intérim.
 
Il devient en novembre 1982, le septième président de la République de Turquie après qu’une nouvelle Constitution autoritaire ait été adoptée. Il a régné jusqu'en novembre 1989.
 
Après le putsch de 1980 qui est considéré comme le plus sanglant, des arrestations de centaines de milliers de personnes ont été enregistrées, environ 250 000 personnes ont été inculpées, 50 détenus exécutés, d'autres personnes décèdent en prison sous la torture et des dizaines de milliers de Turcs se sont exilés.
 
Après son départ du pouvoir en 1989, Kenan Evren s’est retiré de la vie politique et vivait une retraite paisible en se consacrant à la peinture dans sa villa de la station balnéaire de Marmaris.
 
En 2010, une réforme constitutionnelle qui supprime l'immunité judiciaire des militaires a été opérée par le gouvernement Erdoğan. Jugé en avril 2012 pour « crimes contre l'État », il a été condamné à la prison à vie en 2014.
 
À partir de 2009, son état de santé s’est détérioré et depuis 2012, il était soigné à l'hôpital militaire de GATA. Placé sous respiration artificielle, il a succombé le 9 mai 2015 à l’âge de 97 ans.
Ajouter un message