Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
L'Essor Sarladais
L'Est Agricole et Viticole
L'Hebdo des Savoie
L'Indépendant
La Tarentaise Hebdo
La Voix Le Bocage
Le Courrier de l'Eure
Le Havre Presse
Le Journal des Sables
Le Mémorial de l'Isère
Le Petit Courrier
Le petit Gersois
Le Républicain Lot et Garonne
Messager Genevois
Nord Littoral

Miroslav Ondříček

01/10/2015
Miroslav Ondříček 4 novembre 1934 - 29 mars 2015

Miroslav Ondříček est né à Prague le 4 novembre 1934, et mort le 29 mars 2015 à l’âge de 80 ans des suites d’une longue maladie. Il était directeur de la photographie tchèque. Il a travaillé sur plus de quarante films, dont « Amadeus » qui a remporté huit Oscars, et « Valmont ».

Son fils David Ondricek a indiqué que son père avait été hospitalisé depuis un mois et demi et se trouvait dans un coma artificiel la dernière semaine. Début 2010, le directeur de la photographie, Miroslav Ondříček avait déjà frôlé la mort. Il avait alors été opéré d'un anévrisme de l'aorte.

Miroslav Ondříček étudiait à l'école des Studios Barrandov. Il a débuté dans le cinéma en tournant des documentaires. Mais sa carrière s’est orientée au grand écran après sa rencontre avec le jeune réalisateur tchéco-américain Milos Forman, car les deux créeront côte à côte, huit longs-métrages au total. Ensemble, ils ont coopéré à la naissance de la « Nouvelle vague tchécoslovaque » dans les années 1960, avec « Le concours » en 1963, « Les amours d'une blonde » en 1965 et « Au feu les pompiers » en 1967. Son sens de l'esthétique, aux côtés du réalisateur Milos Forman, a marqué la nouvelle vague tchèque.

« L'Audition » de Miloš Forman est le premier film sur lequel il a travaillé. En 1968, le cinéaste tchèque était obligé d’émigrer aux États-Unis suite à la répression du Printemps de Prague, là où il poursuivait son travail. Depuis, Ondříček a suivi Forman et continuait de travailler sur ses films, notamment sur « Hair », « Taking » off, « Amadeus », « Ragtime » et « Valmont ».

Dans ces satires sociales, ils brisaient le ton conformiste des productions communistes de l'époque.

En 2004, l'Association des cameramen américains lui a décerné le prix international pour l'ensemble de ses œuvres et pour sa contribution à la cinématographie mondiale. Miroslav Ondricek avait obtenu deux nominations aux Oscars, pour « Amadeus » et « Ragtime ». Il a été aussi directeur de la photo du « Monde selon Garp » de George Roy Hill, de « Silkwood » de Mike Nichols, et de « l'Éveil » et d'« Une équipe hors du commun » de Penny Marshall.

Livre d'Or

Ajouter un message
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z