Carnet

Martin Gray

Martin Gray 27 avril 1922 - 25 avril 2016
27/04/2016

Le monde de la littérature en deuil, l’écrivain franco-américain Martin Gray est décédé le lundi 25 avril 2016 à Ciney en Belgique. Le survivant du ghetto de Varsovie raconte une partie de sa vie dans le best-seller « Au nom de tous les miens », rédigé avec l'écrivain français Max Gallo, en décrivant le drame d’avoir été définitivement de toute sa famille : dans les camps d'extermination nazis et dans l'incendie de sa maison située dans le Sud de la France.

Né le 27 avril 1922 à Varsovie (Pologne), Mieczysław Grajewski ou Mietek Grajewski alias Martin Gray a été transféré dans le ghetto de Varsovie pendant la période où les nazis envahissent la Pologne. Il arrive à s’en sortir en négociant avec les soldats nazis, des hommes du Jüdischer Ordnungsdienst (police juive du ghetto) et des gardes polonais et devient contrebandier. Sa mère et  ses deux frères déportés avec lui à Treblinka ont été tués. Son père, travaillant au Judenrat, qui a été attrapé pour être déporté lors d’une rafle, a pu s’échapper grâce aux connaissances de Martin Gray et sera plus tard abattu devant lui à Varsovie. L’écrivain s’est éteint à deux jours de son 94ème anniversaire.

Après avoir rejoint les partisans de l’Armée Rouge plus tard, il devient lieutenant de la police politique soviétique NKVD qui lui a valu l’ordre de la Guerre patriotique et ordre d’Alexandre Nevski, et l’ordre de l’Etoile Rouge. La guerre finie, Martin Gray rejoint sa grand-mère maternelle à New York, aux Etats-Unis, dans les années 1047. Il épouse Dina Cult et ont ensemble 4 enfants. Le 3 octobre 1970, un incendie se déclare à leur domicile à Tanneron, non loin de Mandelieu, dans le Sud-Est de la France, où l’exploitant agricole perd toute sa famille. Pour se relever de toutes ces épreuves, il décide de faire de l’écriture sa thérapie. Il se remarie deux fois plus tard et est père de 5 enfants. C’est le bourgmestre (maire) de Ciney, Jean-Marie Cheffert, qui a annoncé la disparition de Martin Gray, selon le quotidien Le Parisien.

Un porte-parole du parquet de Namur a indiqué que le corps inanimé de Martin Gray, d’origine juive polonaise, a été retrouvé dans la piscine de sa seconde résidence à Ciney, ajoutant qu’aucun élément suspect n’a été révélé par le médecin légiste. La date de l'enterrement de Martin Gray, qui a à son actif près d’une douzaine d'ouvrages publiés, n'a pas encore été rendue publique.

Ajouter un message