Carnet

François Maistre

François Maistre 14 mai 1925 - 16 mai 2016
19/05/2016

François Maistre, particulièrement connu pour les seconds rôles qu’il a joués à la télévision et au cinéma, est décédé en région parisienne le lundi 16 mai 2016. Le nom du héros des « Brigades du tigre » figurait au générique de plusieurs films au cinéma français.

Né le 14 mai 1925 à Démigny dans le département de Saône-et-Loire, François Maistre est le fils d’Aman-Julien Maistre (A.M Julien), comédien et directeur de théâtre. L’acteur qui est également metteur en scène français a joué dans divers rôles au cinéma, théâtre et à la télévision. A la fin des années 1950, il a joué au petit écran, notamment dans « La caméra explore le temps ». Dans les premières saisons de la série culte « Brigades du tigre » de 1970, le comédien a interprété le rôle du commissaire Faivre. François Maistre s’est éteint à l’âge de 91 ans.

L’acteur a enchaîné des seconds rôles dans des séries télévisées, comme le « Commissaire Maigret » ou encore « Arsène Lupin », et des téléfilms, dont « L’Armistice de juin 40 » en incarnant Pierre Laval, jusqu’à la fin des années 1980. Des réalisateurs de renom, comme Henri Verneuil, Luis Bunuel, Claude Chabrol ou encore Jacques Rivette lui ont fait confiance au cinéma. François Maistre, qui est habitué du rendez-vous « Au théâtre ce soir », a mis en scène lui-même une dizaine de pièces de théâtre tout au long de sa carrière. Sa fille Cécile Maistre a annoncé qu’une cérémonie d’hommage sera organisée en son nom à Paris.

L’enterrement de François Maistre, qui a joué son dernier rôle à l’écran en 2002 aux côtés de Bernard Le Coq, Benoît Magimel et Nathalie Baye, devrait avoir lieu dans sa ville natale Demigny (Saône-et-Loire).

Livre d'Or

Jérôme Hyonne dimanche 10 juillet 2016
Bonjour, C'est avec une profonde tristesse que j'ai appris le décès de François Maistre.Il a été un merveilleux acteur, pour moi l'un des meilleurs seconds rôles du cinéma français. Je me souviens, alors que j'étais enfant, de ses tonitruantes réparties en tant que le commissaire Faivre, non dénuées malgré tout d'une profonde affection pour ses hommes: Valentin, Terrasson et Pujol. J'adorais son ironie: Ah bravo, Valentin! ...alors que ce dernier venait de connaître un échec. C'était un acteur qui vivait ses rôles, qui ne les jouait pas... Jamais dans la démesure, mais toujours dans le juste ton. Quel admirable professeur de théâtre il aurait été...! Il manquera à beaucoup d'entre nous. Mes sincères condoléances à toute la famille. Jérôme
Ajouter un message