Carnet

Philippe PÉTAIN

Philippe PÉTAIN 24 avril 1856 - 23 juillet 1951
01/10/2015
  • Naissance : 24 avril 1856 à Cauchy-à-la-Tour (Pas-de-Calais)
  • État civil : De son nom complet Henri Philippe Bénoni Omer PÉTAIN était un militaire, diplomate, homme politique, et homme d'État français. À 84 ans, en juillet 1940, Philippe PÉTAIN est le chef d'État le plus âgé de l'Histoire de France. Né dans une famille de cultivateurs installée dans la commune depuis le XVIIIe siècle, il est le fils d'Omer-Venant PÉTAIN et de Clotilde LEGRAND. Impressionné par les récits de son grand-oncle, l'abbé LEFÈVRE, qui a servi dans la Grande Armée de Napoléon, et très marqué par la guerre de 1870 alors qu’il a 14 ans, il décide d’être soldat.
  • Décès : 23 juillet 1951 à Port-Joinville, sur L'Île-d'Yeu.
  • Jugé à la Libération pour intelligence avec l'ennemi et haute trahison par la Haute Cour de justice, il est, par arrêt du 15 août 1945, frappé d'indignité nationale, condamnée à la confiscation de ses biens et à la peine de mort, la cour recommandant la non-application de cette dernière en raison de son grand âge. Sa peine est commuée en emprisonnement à perpétuité par le général de Gaulle, chef du gouvernement provisoire de la République. 
  • La santé du maréchal PÉTAIN décline à partir du début de l’année 1951, les moments de lucidité devenant de plus en plus rares. Eu égard à cette situation, le Conseil supérieur de la magistrature, présidé par Vincent AURIOL, président de la République, en vue d’adoucir une fin prévisible, autorise le 8 juin 1951 « l’élargissement » du prisonnier et son assignation à résidence « dans un établissement hospitalier ou tout autre lieu pouvant avoir ce caractère ». Le transfert dans une maison privée de Port-Joinville a lieu le 29 juin 1951, où Philippe PÉTAIN meurt le 23 juillet 1951. 
  • Le 25 juillet 1951, se déroule à l'église Notre-Dame-de-Bon-Port, le service funèbre à la mémoire du Maréchal : le cercueil, recouvert d'un drapeau tricolore, est placé devant l'autel, d'un côté se tient la Maréchale, de l'autre ont pris place en grand uniforme les généraux WEYGAND et HÉRING et l'amiral FERNET.
  • Par la suite, il est inhumé dans le cimetière marin de l’île d’Yeu.
  • En 1973, sa dépouille est enlevée par des personnes se réclamant de sa mémoire et désireuses d’obtenir le transfert de sa dépouille au fort de Douaumont (Verdun), auprès des centaines de milliers de soldats français qui y sont tombés, conformément aux dernières volontés du maréchal.
  • Sa sépulture fut de nouveau profanée en 2007.
Ajouter un message