Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
L'Echo de l'Armor et de l'Argoat
L'Eveil de Lisieux Cote
La Charente Libre
La Dépêche
La Gazette du Centre Morbihan
La Nouvelle Abeille
La Sambre La Frontière
La Voix du Sancerrois
La Voix Le Bocage
Le Courrier du Pays de Retz
Le Paysan du Haut-Rhin
Le Républicain Lorrain
Les Nouvelles de Saone-et-Loire
Renouveau
Vaucluse L'Hebdo

Mort du militant anti-apartheid, Ahmed Kathrada

31/03/2017
Mort du militant anti-apartheid, Ahmed Kathrada 21 août 1929 - 28 mars 2017

Le compagnon de lutte de Nelson Mandela et figure emblématique en Afrique du Sud de la lutte anti-apartheid, Ahmed Kathrada est mort mardi 28 mars.
Né à Schweizer-Reneke en Afrique du Sud, le 21 août 1929, Ahmed Mohamed Kathrada était membre du Parlement africain et membre du Congrès National Africain (ANC). Indien, il n’avait le droit d’être scolarisé ni dans les écoles africaines, ni dans celles européennes. Pour étudier, il a dû ainsi partir à Johannesburg.
Le rapprochement entre l’ANC et le mouvement indien l’a conduit, dans les années 50, à côtoyer Walter Sisulu et Nelson Mandela. Plongés dans la clandestinité, ils ont été arrêtés ensemble, en juillet 1963 et condamnés, un an plus tard, à la perpétuité. Libéré en 1989, Ahmed Mohamed Kathrada était très actif aux négociations entre le régime blanc et l'ANC pour aboutir en 1994, à la chute de l'apartheid.
Avec la mort à l’âge de 87 ans d’Ahmed Kathrada, c’est l’un des derniers géants sud-africains qui vient de partir.
Le corps d’Ahmed Kathrada a été mis sous terre dans le cimetière du quartier musulman le lendemain de son décès. Si toutes les hautes personnalités du pays étaient présentes, dont l’ancien président, Graça Machel, l’ex-femme de Nelson Mandela, Winnie Mandela ou encore Thabo Mbeki, le président Jacob Zuma n’a pas assisté à la cérémonie.
Les hommages à ce grand homme, considéré en Afrique du Sud comme un héros, ont vite tourné en règlement de compte politique pour cibler l'actuel président sud-africain. Sa famille a demandé à Jacob Zuma de ne pas venir, car Ahmed Kathrada aurait refusé que le président assiste à ses funérailles.
L’enterrement de l’ex-prisonnier a cristallisé les divisions de l’ANC. Autour de la tombe d’Ahmed Kathrada, il y avait une partie du gouvernement qui s’oppose au chef de l’État et où la parole s’est libérée. Une explosion d'applaudissement a retenti dans la salle, mais également une certaine gêne face au deuil de la famille.

 

Livre d'Or

Ajouter un message
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z