Carnet

Georges SUFFERT

Georges SUFFERT 14 mai 1927 - 17 janvier 2012
01/10/2015

Naissance : 14 mai 1927 à Paris

État civil : Georges SUFFERT fut un célèbre journaliste et écrivain français. Étant fils d’hôtelier et ancien du Collège Stanislas, il effectua ses études supérieures à la Sorbonne. Lors de cette période, il intégra la Jeunesse étudiante chrétienne, la JEC. Parallèlement, il écrivit aussi dans le journal des étudiants catholiques de la faculté Tala Sorbonne. Puis ce fut en 1953 qu’il intègre le Commissariat général au Plan. Par la suite, il commença une collaboration au sein de La Tribune des Peuples, de K.S. Karol. Il s'engagea aussi dans le mouvement pour lutte pour l'indépendance du Maroc puis de l'Algérie. Durant cette période, il fut un ardant militant contre la guerre d'Algérie et le recours à la torture.

Décès : dans la nuit du 16 au 17 janvier 2012. Georges SUFFERT décède à l’âge de 84 ans, d’une crise cardiaque. Les obsèques de Georges SUFFERT ont eu lieu le jeudi 19 janvier 2012 à 14 heures 30, en l'église de Saint-Vérain. Il fut par la suite inhumé au cimetière de Saint-Vérain.

Le magazine « Le Point » annonça la mort du « journaliste, ancien rédacteur en chef du « Point » qui joua un rôle moteur dans la fondation du Point en 1972, autour de Claude IMBERT ». Un fait reprise par presque tous les médias relayant l’annonce de son décès. On peut noter le quotidien L’Express, Libération et Le Républicain Lorrain qui n’oublièrent pas de souligner qu’il était « ancien éditorialiste du républicain Lorrain ».

Le Figaro annonce son décès au travers de l’article « Décès du journaliste Georges SUFFERT » où son parcours fut rapporté.
Le site web « purepeople.com » annonça : « C'est une partie de la mémoire de l'hebdomadaire Le Point qui disparaît avec lui » dans son post annonçant son décès.
Le site web du parti socialiste parla du décès d’un « brillant éditorialiste, pionnier de la presse libre » dans le post annonçant sa disparition. Et souligne « À l’heure où l’indépendance de la presse est mise à mal et alors que l’émergence de telles personnalités se fait de plus en plus rare, la vie et la carrière de Georges SUFFERT nous rappellent l’importance de garantir les conditions d’exercice d’une presse libre et plurielle ».

Ajouter un message