Carnet

Zeev Sternhell

Zeev Sternhell 10 avril 1935 - 21 juin 2020
24/07/2020

Son œuvre fut consacrée aux origines du fascisme.

Le célèbre historien et intellectuel israélien s'est éteint à Jérusalem. Dans le coma après une intervention chirurgicale, il avait 85 ans.
Ce rescapé des deux pires totalitarismes du XXe siècle (stalinisme et nazisme), a consacré une grande partie de ses travaux à la question du fascisme dont il voulait voir à tout prix l’origine dans notre pays.
Zeev est né dans une famille juive dans le sud-est de la Pologne, son père combattait dans l'armée polonaise et meurt au début de la guerre, puis sa mère et sa soeur sont tuées par les nazis. Son oncle et sa tante le font passer pour un catholique ("Je n'ai cru en Dieu que quand j'étais catholique", plaisantera-t-il) en pleine traque des juifs à l'heure où son pays natal voit s'ériger sur son territoire des camps d'extermination.

Après la guerre, il trouve refuge en France, pays qui deviendra sa patrie intellectuelle d'adoption et l'objet de ses recherches, avant de rejoindre Israël peu après sa création en 1948.
Ses travaux historiques et ses prises de position politiques, à gauche et pour la paix, lui ont apporté autant de notoriété que de critiques.
Il a consacré une partie de son oeuvre à l'histoire de l'extrême-droite française avec des essais comme :

⦁ "Ni droite ni gauche : l'idéologie fasciste en France" ou encore
⦁ "L'histoire refoulée - La Rocque, Les Croix de feu et le fascisme français"

L’oracle de l’anti-fascisme fut “l’un des plus importants universitaires sur la question du fascisme”, dont la France de la « Belle Epoque » a été, selon lui, le laboratoire mais aussi un fervent critique du risque de glissement de la société israélienne vers ce fascisme.

Le Monde nous relate que l'historien avait participé à la guerre de Kippour en 1973, avant de cofonder l'ONG Peace Now, « La Paix Maintenant » (favorable à un accord de paix entre Israël et l'Égypte) dont Sternhell est toujours resté un militant infatigable. Critique virulent de la colonisation dans les Territoires palestiniens, il a subi une attaque de l'extrême-droite nationaliste israélienne en 2008 qui l'avait blessé à la jambe.

La mort de l'historien (atteint de surdité ses dernières années), laisse dans le deuil son épouse (professeure d'architecte), ses deux filles Tali et Yaël
et ses petits-enfants. C’est probablement à Nietzsche que revient la paternité de l’expression et du concept d'anti-Lumières, mais Zeev Sternhell l’employait pour définir le fascisme, espérons que lui, aura trouvé la lumière...

 

Ajouter un message