Carnet

Tél 09 70 44 96 35

Un service client à votre écoute

7 jours / 7, de 9h00 à 18h00 (non surtaxé)

Avis de décès, Remerciements, Messe-Anniversaire, Condoléances
  • 925 journaux partenaires
  • 24H sur 24, 7 jours sur 7
  • Paiement sécurisé en 1 ou 3 fois sans frais

John le Carré

John le Carré 19 octobre 1931 - 12 décembre 2020
14/12/2020

Le maître du roman d’espionnage.

Le romancier espion britannique derrière des dizaines d'oeuvres dont L'espion qui est venu du froid est mort à 89 ans à Cornwall (Angleterre). Le Carré, de son vrai nom David John Moore Cornwell, est mort d'une pneumonie selon le communiqué de son éditeur.

John le Carré était un géant incontesté de la littérature anglaise. Il a défini l'ère de la guerre froide et a dit la vérité sans crainte au pouvoir dans les décennies qui ont suivi.

Une enfance baignée par l’esquive, le secret et la tromperie.

Pour l’enfant, ses parents étaient un mystère ; ils le sont restés pour l’homme jusqu’au soir de sa vie. Abandonné par sa mère à l’âge de 5 ans, il fut élevé par un père géniteur repris de justice, escroc, fraudeur, manipulateur et violent...

Il a écrit ses trois premiers livres alors qu'il travaillait pour le MI5 et le MI6

Le Carré a lui-même travaillé comme officier de renseignement britannique avant de rédiger les romans d'espionnage qui ont dominé les palmarès mondiaux des best-sellers pendant des décennies et ont conduit à de multiples adaptations cinématographiques et télévisuelles.
Il est devenu un auteur à temps plein après avoir catapulté sur la scène mondiale avec la publication de son troisième roman :


« L’espion qui venait du froid » en 1963.

A 30 ans, il s’ennuie dans ce poste de diplomate à Bonn en Allemagne, il prend alors la plume... "Dès le jour de la publication de mon roman, j'ai compris que dorénavant, je serais catalogué comme l'espion devenu écrivain", a écrit le Carré lors de l'édition du 50e anniversaire du livre. "Le mérite du roman, n'était pas qu'il était authentique, mais qu'il était crédible."

Vendu à plus de 20 millions d’exemplaires dans le monde, le roman raconte l’histoire d’Alec Leamas, un agent double britannique, passé en Allemagne de l’Est. Son adaptation au grand écran, avec Richard Burton dans le rôle-titre, marque le début d’une longue collaboration avec le grand et le petit écran.

⦁ En 1964, au bout de six ans, sa carrière d'espion prit fin lorsqu'un membre du MI5, agent double travaillant pour le KGB, a trahi sa couverture.
⦁ Tout comme Sean Connery disparu il y a quelques semaines et qui incarna James Bond, le plus célèbre des espions de sa majesté, la guerre froide était son principal terreau, elle lui a permis de vendre plus de 60 millions de livres.
⦁ De 1965 à 2016, dix de ses romans ont été adaptés au cinéma. Le dernier, Un traître idéal sorti en 2016, était porté par Ewan McGregor.

D'autres histoires mondialement célèbres avaient suivi comme La Taupe, qui met en scène son héros, l'agent George Smiley et la fin de la guerre froide n'avait pas tari son imagination, ni les ventes... Après la chute du mur, ses livres avaient traité du trafic d'armes (Le Directeur de nuit), des laboratoires pharmaceutiques (La Constance du jardinier) ou encore du terrorisme (Une amitié absolue).

L’influence de l’écrivain était telle que le dictionnaire Oxford l’a crédité de la paternité de nombreux termes d’espionnage, tels que “taupe”.
Jaloux de son intimité, préférant les falaises de sa maison en Cornouailles aux mondanités du monde littéraire, c’était un Européen convaincu comme nous l’apprend Libération, il considérait le Brexit comme « une folie ». Il avait connu l’Union soviétique et le rideau de fer, et il savait mieux que quiconque, lui, l’ancien agent du MI6, à quel point le projet européen était le seul capable de maintenir la raison et la paix sur le continent.

Nos pensées vont à ses quatre fils, à leurs familles et à sa chère épouse, Jane", écrit Jonny Geller, PDG du groupe Curtis Brown, l’agence artistique Londonienne de l’écrivain.

 

Ajouter un message