Carnet

Guillaume APOLLINAIRE

Guillaume APOLLINAIRE 26 août 1880 - 9 novembre 1918
01/10/2015

Naissance : 26 août 1880 à Rome

État civil : Guillaume APOLLINAIRE est le nom de plume de Wilhelm Albert Włodzimierz Apolinary de WAŽ-KOSTROWICKI. Il était un poète et écrivain naturalisé français d’ascendance polonaise par sa mère et italien par son père. Il est le fils de Francesco FLUGI d'ASPERMONT, un officier de l’armée italienne et d’Angelika KOSTROWICKA, une bourgeoise. Guillaume est inscrit aux lycées de Cannes et de Nice, après l’arrivée de sa famille à Monaco en 1887. Sa naturalisation s’est déroulée le 9 mars 1916. Il épouse Amélia Emma Louise KOLB, qui se fait prénommer Jacqueline, à Paris VIIe, le 2 mai 1918.

Décès : 9 novembre 1918 à Paris

  • En pleine guerre de 14-18, il est blessé à la tempe le 17 mars 1916, alors qu'il était en train de faire la lecture du Mercure de France dans sa tranchée. Affaibli par sa blessure, Guillaume APOLLINAIRE décède à 39 ans, des suites de la grippe espagnole. À cause de sa blessure, reçue lors du premier conflit mondial de l’histoire, il s’est vu honorer par la mention : « mort pour la France ».
  • Paul LÉAUTARD qualifia sa maladie de « Grippe intestinale compliquée de congestion pulmonaire » dans son journal du 11 novembre 1918.
  • Il fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris, pendant que la population était descendue dans les rues, afin de célébrer la fin de la guerre. Lors du passage de son cortège funèbre, la foule scandait « A mort Guillaume ! » en référence à Guillaume II, l'empereur allemand. Un triste quiproquo pour une personnalité morte pour sa patrie.
  • Sa tombe située dans la division 86, du cimetière du Père-Lachaise, est ornée par un monument-menhir conçu par Pablo PICASSO.
  • De plus, elle porte une double épitaphe provenant du recueil « Calligrammes », trois strophes en discontinues de « Colline », qui rappelle sa vie poétique et sa mort, ainsi qu’un calligramme de tessons verts et blancs en forme de cœur qui signifient « mon cœur est pareil à une flamme renversée ».
  • Son nom est présent dans la liste des écrivains morts sous les drapeaux pendant la Première Guerre mondiale, sur les plaques commémoratives du Panthéon de Paris.

Ajouter un message