Carnet

Juan Luis GALIARDO

Juan Luis GALIARDO 2 mars 1940 - 22 juin 2012
01/10/2015

L’acteur et producteur de cinéma, théâtre et télévision espagnol, Juan Luis GALIARDO s’éteint vendredi 22 juin 2012 à Madrid, emporté à 72 ans par un cancer du poumon. Né Juan Luis GALIARDO COMES, il vient au monde à San Roque, Cádiz, le 2 mars 1940. Il passe la majeure partie de son enfance et de sa jeunesse à Badajoz, où son père avait été affecté. Ses études secondaires terminées, il poursuit des études d’économie et de droit. Sa passion pour le cinéma lui est venue en côtoyant les étudiants de l’École de réalisation de films. Une passion qui l’amène à abandonner ses études supérieures d’économie et de droit en 1961.

  • Notons qu’il a rendu l’âme à la Clinica de la Zarzuela à Madrid, où il était en soins palliatifs.
  • Son décès est rendu public par son agent.
  • Le Parisien publie l’article « Décès de l'acteur espagnol Juan Luis GALIARDO à l'âge de 72 ans » pour annoncer son décès. L’article évoque la disparition de « l'acteur espagnol, connu pour son rôle-titre de Don Quichotte dans le cinéma national et qui a joué au côté de Charlton HESTON dans le film « Antoine et Cléopâtre » » tout en survolant brièvement sa carrière. Dans un article intitulé de la même manière, La Croix souligne que « GALIARDO est également connu pour sa carrière prolifique au théâtre et notamment dans les rôles du Roi Lear, Oedipe, ou dans l'Avare de Molière ». Notons que L’Express se sert aussi du même titre pour son article relayant la triste nouvelle. L’article rapporte qu’« une maladie rapide et dévastatrice a emporté l'une des plus grandes et des plus populaires figures du cinéma, du théâtre et de la télévision de notre pays » selon la déclaration de son agent publié sur son site web.
  • Dans son article « L'acteur espagnol Juan Luis GALIARDO est décédé », Le Nouvel Observateur parle de la mort de « l’une des plus grandes et des plus populaires figures du cinéma, du théâtre et de la télévision d’Espagne ». Par ailleurs, sa vie est revue brièvement au terme de l’article.
Ajouter un message