Carnet

Raoul MILLE

Raoul MILLE   1941 - 14 juin 2012
01/10/2015

Le journaliste et écrivain français, Raoul MILLE rend l’âme jeudi 14 juin 2012 à Nice. Il voit le jour à Paris en 1941 et a grandi dans le Pas-de-Calais. Ce n'est qu’à ses 16 ans qu'il s'établit dans la région de Nice. Notons que son roman « Les Amants du paradis » reçoit le prix Interallié en 1987. Dix ans plus tard, « Le Paradis des tempêtes » reçoit le prix Baie-des-Anges. À l'occasion du 150e anniversaire de l'annexion du comté de Nice à la France, il co-signe « Le Roman de Napoléon III » avec le maire de Nice, Christian ESTROSI. Il était également membre du Conseil municipal de la ville de Nice depuis 2008.

  • Du vendredi 15 au samedi 16 juin 2012, sa dépouille a été présentée dans la salle des pas perdus de l'Hôtel de Ville de Nice.
  • Le samedi 16 juin 2012, ses obsèques sont célébrées en l’église Saint-Pierre-d’Arène.
  • 20 Minutes publie l’article intitulé « L'élu et écrivain niçois Raoul MILLE n'est plus » son article faisant part de son décès. L’article annonce que « L'écrivain, conseiller municipal de Nice délégué à la littérature, a tiré sa révérence jeudi des suites d'une longue maladie ».
  • Pour sa part, Corse Matin le fait avec « L'écrivain niçois Raoul MILLE est mort ». L’article survole brièvement son parcours et souligne que le défunt était « le lauréat du prix Interallié en 1987 pour son roman « Les Amants du paradis ».
  • Nice Matin se sert du même titre pour son article relayant la triste nouvelle. Le journal rapporte tout au long de celle-ci que « L'écrivain récompensé, notamment, par le Prix Interallié en 1987 laisse aussi le souvenir de son engagement municipal puissant contre l’illettrisme ». Il y est aussi souligné que « son inclination précoce pour l’écriture ; son engagement auprès des jeunes, afin de développer très tôt chez eux le goût de la lecture ; ses colères homériques quand un dossier n’aboutissait pas assez vite ; le grand cœur dont il savait faire preuve pour que se diffuse son idéal d’égalité ; sa passion pour une ville qu’il avait adoptée et qui le lui rendait bien : avec sa mort, une page se tourne pour la culture à Nice ».
  • Le journal Monaco Matin en fait de même au travers de son article « L'écrivain niçois Raoul MILLE est mort » annonçant sa disparition. 
Ajouter un message