Carnet

Maurice PAPON

Maurice PAPON 3 septembre 1910 - 17 février 2007
01/10/2015

Naissance : 3 septembre 1910 à Gretz-Armainvilliers

État civil : Maurice PAPON fut une personnalité de la vie politique ainsi que haut fonctionnaire français. En 1998, il fut connu du public pour avoir été reconnu coupable dans une affaire de complicité de crimes contre l'humanité. Lesdits actes furent commis durant la période où il occupa le poste de secrétaire général de la préfecture de Gironde de 1942 à 1944. C’est dans la maison familiale, là où il vit le jour à Gretz-Armainvilliers, qu’il passa une grande partie de sa jeunesse. Notons que son père Arthur PAPON fonda la Société française des verreries champenoises alors qu’il était premier clerc à l'étude de Me AULAGNIER. De son côté, sa mère se consacra entièrement à son éducation.

Décès : 17 février 2007 à Pontault-Combault

  • Le 4 septembre 2002, Maurice PAPON est remise en liberté pour des raisons de santé, mais reste assigné à résidence dans un petit pavillon moderne, au 44 de la rue Arthur Papon, rue baptisée en l’honneur de son père.
  • Le 8 février 2007, à la suite de problèmes cardiaques, il est admis à La Francilienne, la clinique de Pontault-Combault en Seine-et-Marne, pour subir une intervention sur son pacemaker. Malheureusement, il y décède à l'âge de quatre-vingt-seize ans.
  • Son enterrement fut célébré par le père Michel LELONG, et conformément au rite de l'Église catholique. Seule une quarantaine de personnes y assistèrent. En effet, l’assistance fut composée essentiellement de journalistes et de policiers.
  • Maurice Papon a été inhumé le 21 février 2007 dans le cimetière de Gretz-Armainvilliers aux côtés de ses parents et de sa femme, Paulette.
  • Le journal « Libération » parla du « seul responsable du régime de Vichy condamné pour son rôle dans la déportation des juifs durant la Seconde Guerre mondiale » dans son article annonçant sa mort.
  • Le site web « Afrik.com » annonce sa mort via l’article « Décès de Maurice PAPON : Un criminel s’en va dans l’impunité » et souligne « Qu’il avait supervisé la sanglante répression de la manifestation pacifique des Algériens de Paris et de sa banlieue à l’appel du FLN contre ce même couvre-feu ».
  • Élisabeth FLEURY du quotidien Le Parisien annonce que « Maurice PAPON est mort quatre ans après sa sortie de prison ».

Ajouter un message