Carnet

Marcel MARLIER

Marcel MARLIER 18 novembre 1930 - 18 janvier 2011
01/10/2015

L’illustrateur belge Marcel MARLIER a rendu l’âme mardi 18 janvier 2011, à 80 ans, à Tournai. Il naît le 18 novembre 1930 à Herseaux, commune de la Picardie belge, à proximité de la frontière française. Passionné par l’art dès sa plus tendre enfance, il réalise, à l'huile, le portrait de sa grand-mère alors qu’il n’a que 10 ans. Soutenu et encouragé par son instituteur, sa famille et ses amis, il s’inscrit en arts décoratifs à Saint-Luc de Tournai. C’est lors de celles-ci qu’il noue ses premiers contacts avec le monde de l’édition.

  • Conformément au souhait de la famille, son décès n’est rendu public que le jeudi 20 janvier 2011.
  • Charlotte PUDLOWSKI de 20 Minutes dans son article « Marcel MARLIER, l'illustrateur de «Martine» est mort » annonçant la triste nouvelle rapporte que « Son éditeur Casterman perd un dessinateur d’exception et un homme de qualité ».
  • Gala avec son article « Martine est orpheline » annonce que « Le co-auteur de la bande dessinée Martine, Marcel MARLIER a rendu l'âme. Martine Petite Maman, Martine est malade, ou à bicyclette, Martine monte à cheval… Et aujourd’hui, Martine fait son deuil. L’icône mutine de nos années récré a perdu son papa ».
  • Clément MATHIEU de Paris Match annonce que « Martine ne connaitra plus de nouvelles aventures. L'illustrateur des histoires de la fillette, Marcel MARLIER, est décédé. Ses dessins ont accompagné l’enfance de générations de Françaises ».
  • Voici dans son article « Mort de Marcel MARLIER, dessinateur de « Martine » : Martine dans l’au-delà », révèle qu’« En un demi-siècle, le dessinateur de Martine, a fait rêver des générations de bambines ».
  • La République des Pyrénées rapporte que « De l’aquarelle à l’ordinateur, cet illustrateur virtuose et passionné n’a cessé de multiplier les expériences nouvelles tout en restant fidèle à une règle fondamentale : observer avant d’inventer, dessiner d’après nature afin de voir toujours les choses, les animaux, les êtres humains en profondeur et au plus près de leur réalité. Alliant dextérité et délicatesse, réalisme et sensibilité, il a construit un univers riche et singulier », dans son article annonçant la disparition du « perfectionniste au savoir-faire hors du commun, l’un des rares illustrateurs, sinon le seul, à maîtriser aussi excellemment à la fois le portrait, l’attitude, le mouvement, le paysage, le détail documentaire et l’interprétation fictionnelle ».
Ajouter un message