Carnet

Raymond DEVOS

Raymond DEVOS 9 novembre 1922 - 15 juin 2006
01/10/2015

Naissance : 9 novembre 1922 à Mouscron en Belgique

État civil : Raymond DEVOS est un célèbre humoriste belge. Il le fut pour ses jeux de mots, ses qualités de mime, son goût pour les paradoxes cocasses, le non-sens et la dérision. Fils de l’industriel en textile, Louis DEVOS et de son épouse Agnès, c’est lors de sa jeunesse qu’il décida d’entreprendre une carrière d’artiste. En effet, c’est en se découvrant un don pour raconter et captiver l’attention de son auditoire que lui est venue cette passion. Il est contraint d’arrêter ses études à seulement 13 ans alors qu’il était élève à l’Institution libre du Sacré-Cœur à Tourcoing. C’est à partir de cette période, en autodidacte, qu’il parfait sa culture et sa maîtrise de la langue française et de la musique. Côté vie privée, il s’est marié le 30 avril 1959 avec Simone BEGUIN. Le couple n’a pas eu d’enfants.

Décès : 15 juin 2006 à Saint-Rémy-lès-Chevreuse dans les Yvelines (France).

  • Il est hospitalisé à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, début février 2006, pour une attaque cérébrale. Notons qu’il avait déjà été victime d’une attaque cérébrale en décembre 2005. Raymond DEVOS meurt chez lui, à 7h50, des suites d’une crise d’œdème aigu du poumon, entouré de sa sœur Cécile, de ses deux neveux Jean-Louis et Stéphane, ainsi que de son secrétaire particulier Pierre HERRAN.
  • Le 19 juin, ses funérailles eurent lieu dans l’église de Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines).
  • Après la cérémonie religieuse, le cortège s’est rendu à pied au cimetière de la commune, où Raymond DEVOS fut inhumé aux côtés de sa femme.
  • L’Express annonça son décès par la phrase« Le comique s'est éteint ce matin à l'âge de 83 ans, peut-être « par distraction », comme il aimait à le dire ». Il y est souligné qu’il était « malade depuis de longs mois : Raymond DEVOS est mort ce matin, plongeant le monde du spectacle dans le deuil ».
  • Jean-Baptiste HARANG de Libération avec l’article « On a démonté Raymond DEVOS » annonça le décès du « jongleur de mots, maître du calembour, clown à clarinette, mime... et l'humoriste infatigable ». Il y rappela que le défunt a dit : « Tout artiste normalement constitué rêve de pousser son dernier soupir dans le fauteuil de Molière, sur la chaussée du Pont-Neuf. Mais je soupçonne, hélas, le comédien cabot de revenir saluer après son trépas et, ainsi, de tout ficher par terre ». Il l'a dit, mais il ne le fera pas. Non, la mort l'a pris ailleurs, hier, victime d'un accident cérébral après plusieurs mois d'hospitalisation. Raymond DEVOS ne reviendra pas saluer. Il ne gâchera rien ». 

Ajouter un message