Carnet

Jean-Claude ABRIOUX

Jean-Claude ABRIOUX 1 décembre 1931 - 11 septembre 2011
01/10/2015

L’homme politique français, Jean-Claude ABRIOUX s’est éteint à 71 ans, le 11 septembre 2011 à Aulnay-sous-Bois. Il nait le 1er décembre 1931 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Le 16 juin 2002, il est élu député pour la XIIe législature, dans la 10e circonscription de la Seine-Saint-Denis. Membre du groupe UMP, il soutient la candidature aux législatives 2007 du sénateur Philippe DALLIER, dissident de l'UMP, contre le maire d'Aulnay-sous-Bois, Gérard GAUDRON qui est le candidat officiel de l'UMP aux législatives 2007. Notons qu’en 2009, il est fait chevalier de la Légion d'honneur.

·         Le vendredi 16 septembre 2011, un hommage public se déroule à l’Hôtel de Ville d’Aulnay-sous-Bois.

·         Par la suite, un office religieux est célébré en l'église Saint-Joseph de sa ville natale.

·         Aux termes de la cérémonie, il est inhumé dans l’intimité, à l'ancien cimetière de la ville.

·         Suite à l’annonce de son décès, Jean-François COPÉ, Secrétaire général de l’UMP, a salué la mémoire d’un « Homme de conviction qui a prouvé par son parcours son attachement à ses valeurs et à sa ville ». « Profondément gaulliste, il marquera ses concitoyens par sa disponibilité et son investissement dans un département où tant de travail est à accomplir », ajoute-t-il.

·         Europe 1 annonce son décès en publiant sur son site web l’article intitulé « Décès de l'UMP Jean-Claude ABRIOUX ». L’article annonce que « Jean-Claude ABRIOUX, ancien député-maire UMP d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, est décédé à l'hôpital à Paris, à l'âge de 79 ans » tout en rappelant qu’« il avait alors été élu maire dans sa ville natale, Aulnay-sous-Bois, mandat qu'il a gardé pendant 20 ans. »

·         Dans son article intitulé « La mort de Jean-Claude ABRIOUX », Le Parisien rapporte que « « Aulnay, c'était lui et lui, c'était Aulnay. Il s'identifiait à sa ville ». Éric RAOULT, le patron de l'UMP 93, évoque ainsi Jean-Claude ABRIOUX, mort hier en début d'après-midi dans la clinique d'Aulnay-sous-Bois où il était hospitalisé depuis quelques jours » tout en soulignant que « c'était l'archétype du gaulliste de banlieue, connu pour son franc-parler, l'homme qui quittait rarement Aulnay, même pendant ses vacances, était craint et respecté de ses alliés comme de ses adversaires ».

Ajouter un message