Carnet

Paul GAUGUIN

Paul GAUGUIN 7 juin 1848 - 8 mai 1903
01/10/2015

Naissance : 7 juin 1848 à Paris

État civil : Paul GAUGUIN est un célèbre peintre français. Il est le fils du journaliste républicain, Clovis Louis Pierre Guillaume GAUGUIN et de son épouse Aline CHAZAL. Il a passé une partie de son enfance à Lima au Pérou. Ce n’est qu’à 7 ans qu’il est de retour en France et effectue ses études à Orléans. Ses études finies, il entame une carrière dans la marine. En décembre 1865, il s’inscrit au Havre sous le matricule 790-3157. Le 22 novembre 1873, il épouse la danoise Mette Sophie GAD. Le couple a eu cinq enfants : Émile, Aline, Clovis, Jean-René et Paul-Rollon GAUGUIN. C’est grâce à son tuteur, Gustave AROSA qui l’introduit auprès des impressionnistes et l’amène à s’intéresser à la peinture.

Décès : 8 mai 1903 à Atuona, Hiva Oa, dans les Îles Marquises

  • Minés par le décès de sa fille Aline et par des problèmes de santé : une blessure à la jambe qui ne guérit pas depuis 1894 et une crise de syphilis, Paul GAUGUIN est mort d'une crise cardiaque après avoir pris une forte dose de morphine dans sa case baptisée la « maison du jouir » à Atuona (sur l'île de Hiva Oa), dans les îles Marquises.
  • Le 8 mai 1903, son voisin TIOKA le trouve étendu sur le rebord de son lit, une jambe pendant à l'extérieur. Ce sont les deux domestiques de GAUGUIN qui ont répandu la nouvelle de son décès dans le village. Sa dépouille fut très vite rejoint par le pasteur qui tenta une respiration artificielle, mais en vain et par l’évêque du village.
  • Son acte de décès est signé par TIOKA et le commerçant FRÉBAULT. Par ailleurs, la remarque suivante qui sonne comme un reproche : « On sait qu'il est marié et père de famille, mais on ignore le nom de sa femme » est apposé sur la marge de l’acte.
  • Le 9 mai 1903, il est inhumé au cimetière catholique sur la colline de Hueakihi, au-dessus d'Atuona. Seuls les quatre fossoyeurs et Émile FRÉBAULT étaient présents à la cérémonie. Notons que la tombe de Jacques BREL côtoie la sienne.
  • La seule oraison funèbre prononcée par les missionnaires est cette note amère, insérée par Mgr MARTIN dans une lettre adressée à ses supérieurs : « Il n'y aura eu de bien saillant ici que la mort subite d'un triste personnage, nommé GAUGUIN, artiste de renom, ennemi de Dieu et de tout ce qui est honnête ».
  • En 2003, pour le centenaire de son décès, la Monnaie de Paris a émis une monnaie de 1 € en hommage à Paul GAUGUIN.
  • Par ailleurs, la Polynésie française a aussi célébré cet anniversaire par plusieurs manifestations. En effet, un Centre culturel Paul GAUGUIN est inauguré à Hiva Oa et la commune de Hiva Oa a été jumelée avec la commune de Pont-Aven. 

Livre d'Or

anne marie Grac mercredi 12 septembre 2012
je suis intéressée par Paul Gauguin et j'aime ses oeuvres je fait sa Généalogie ............ je cherche désespérément l' acte de décès de son Père , guillaume, clovis pierre mort en mer en 1849

Ajouter un message