Carnet

Bruno BIANCHI

Bruno BIANCHI   1955 - 2 décembre 2011
01/10/2015

Naissance : né en 1955

État civil : Bruno BIANCHI est un célèbre réalisateur, producteur et scénariste français. Il a travaillé en tant réalisateur et dessinateur sur des séries télévisées tout en se consacrant à l'animation depuis plus de vingt ans. Notons qu’il est aussi à l'origine des personnages originaux du film de David Kellogg, « Inspecteur Gadget ». De plus, il a collaboré sur plusieurs projets de la société de Diffusion Information Communication (DiC). En 2008, suite à la fermeture de la S.I.P. International, il fonde son propre studio d’animation : Ginkgo Animation.

Décès : 2 décembre 2011

  • Bruno BIANCHI décède à l’âge de 56 ans.
  • Le mardi 6 décembre 2011, ses obsèques sont célébrées en la salle de la Coupole du Cimetière du Père Lachaise. Il y est d’ailleurs inhumé.
  • Le quotidien France Soir annonce son décès avec l’article intitulé « Bruno BIANCHI est mort : L'Inspecteur Gadget est orphelin ». L’article rapporte que c’est « une triste semaine pour les amoureux de mangas. Quelques heures seulement après la disparition du dessinateur des Chevaliers du Zodiaque, le Japonais Shingo ARAKI, c'est un autre grand nom des dessins animés-phares des années 1980 qui s'est éteint ». Un fait que L’Express n’oublie pas de souligné dans son article : « Le créateur de l'Inspecteur Gadget, Bruno BIANCHI est mort » annonçant son décès.
  • Le magazine Voici avec son article « Mort de Bruno BIANCHI, le créateur d’Inspecteur Gadget » lui rend hommage par la phrase « Gogo Gadgeto mouchoirs »,  un « ultime coup de crayon » inspiré par son célèbre Inspecteur Gadget.
  • Le site web « Actualitte.com » annonce dans son article « Décès de Bruno BIANCHI, le créateur de L'inspecteur Gadget » qu’« après le décès de Shingo ARAKI, un autre monstre sacré de l'animation des années 80/90 nous quitte ».
  • Le Progrès évoque la disparition du « créateur d'« Inspecteur Gadget », un héros qui a marqué toute une génération ».
  • Jean MIAUX du Nouvel Observateur, dans son article « Quand l'Inspecteur Gadget perd l'un de ses pères » lui rend hommage par « Gogo Gadgeto-cercueil ! » en s’inspirant de la célèbre formule du « plus high-tech des détectives qui est désormais orphelin ». 
Ajouter un message