Carnet

Ronald SEARLE

Ronald SEARLE 3 mars 1920 - 30 décembre 2011
01/10/2015

Le dessinateur et cartooniste anglais, Ronald William Fordham SEARLE est mort à 91 ans, vendredi 30 décembre 2011. Il s’en est allé paisiblement dans son sommeil dans sa maison de Draguignan, dans le Var. Il est connu pour avoir été le créateur de St. Trinian's et le co-auteur de la tétralogie de Nigel MOLESWORTH. Il vient au monde le 3 mars 1920 à Cambridge, la vile où son père était porteur de bagages. Attiré dès sa plus tendre enfance par le dessin, il commence à dessiner à seulement 5 ans et publie ses premiers dessins à 15. Réalisant l'imminence de la guerre, il s'engage dans les Royal Engineers pour réaliser des dessins d'architecture en avril 1939, et suit des cours au Cambridge College of Arts and Technology. Il épouse la journaliste et éditrice Kaye WEBB en 1947. Elle lui donne des jumeaux : Kate et Johnny SEARLE. Divorcé en 1967, il se remarie avec Monica KOENIG, une dessinatrice de théâtre et créatrice de bijoux.

  • Laurence Le SAUX de Télérama publie l’article « Ronald SEARLE, l’élégance piquante du cartooniste » annonce son décès tout en lui rendant hommage. Elle y souligne que « le dessinateur anglais, créateur notamment de la série « St Trinian's », laisse une œuvre satirique riche, bâtie au fil d'une vie mouvementée ».
  • Éric LORET de Libération annonce dans son article que « Les jeunes filles du pensionnat Saint Trinian’s sont orphelines » pour relayer l’information de son décès.
  • Le site web Iconovox.com annonce qu’il « est rare de pouvoir écrire que c’est un monument du dessin d’humour qui disparaît, et il est tout aussi difficile de résumer sa carrière et l’influence graphique qu’il a eue sur de très nombreux dessinateurs à travers le monde, en quelques lignes » dans son article relayant son décès.
  • Francis MARMANDE du Monde évoque la disparition d’un « dessinateur du saugrenu et de la folie douce » dans son article rapportant son décès. Il y souligne d’ailleurs qu’on « on ignore ce qui déclencha sa vocation, mais toujours est-il que sa main se lance sur le coup des cinq ans : Car la main de ce gaucher ne courait pas sur la feuille, elle dansait ». De plus, il lui rend hommage avec la phrase : « Entrons désormais dans ce temps où il faudra tenir Ronald SEARLE pour ce qu'il est : un fondateur, un bienfaiteur de l'imaginaire, un gaucher magnifique ».
  • Clémentine BARON du Nouvel Observateur souligne que « Le dessinateur et concepteur de « Saint Trinian’s » est plus connu en France pour ses dessins de presse que pour son œuvre de fiction » dans son article. Il en est de même pour l’article de L’Express faisant part de son décès

Ajouter un message