Carnet

René VERDON

René VERDON 29 juin 1924 - 2 février 2011
01/10/2015

Le chef cuisinier franco-américain, René VERDON s’en est allé mercredi 2 février 2011, emporté à 86 ans, par une leucémie dans son domicile de San Francisco, en Californie. L’ancien chef de la Maison Blanche pendant les administrations de John F. KENNEDY et Lyndon B. JOHNSON, voit le jour à Pouzauges, ouest de la France, le 29 juin 1924. Sa famille possédait une boulangerie et pâtisserie, un fait qui l’amène à envisager de devenir un chef. À l'âge de 13 ans, il débute son apprentissage, après quoi il travaille dans plusieurs restaurants prestigieux à Paris et Deauville. C’est en 1958 qu’il émigré aux États-Unis et s’installe à New York.

  • Yannick VELY de Paris Match publie l’article intitulé « René VERDON, la mort du cuisinier des Kennedy » pour relayer l’annonce du « Cuisinier officiel de la Maison Blanche de 1961 à 1965, celui qui a consacré sa vie à la gastronomie ». Son article souligne que « De tous les grands chefs français qui se sont installés aux États-Unis, il est peut-être celui qui a définitivement changé le regard porté par les Américains sur la cuisine française ».
  • Le magazine L’Hôtellerie Restauration publie l’article « Un grand chef nous a quittés : René VERDON n’est plus… » afin de faire part de son décès. L’article rapporte que « Le jeune Verdon avait eu l’ambition de devenir missionnaire en Afrique. Mais en guise de grand séminaire, à l’âge de treize ans, le petit René avait entamé un sacerdoce gourmand ».
  • RFI dans son article « Décès de René VERDON, chef cuisinier français de la Maison Blanche sous les Kennedy » rapporte qu’« On disait de lui qu'il avait révolutionné les dîners à la Maison Blanche et fut l'un des introducteurs de la gastronomie française aux États-Unis ».
  • Pour sa part, Marie-Noëlle PERIDY d’Ouest France intitule « René VERDON était le cuisinier des Kennedy » l’article qui annonce sa disparition. Elle y rapporte qu’il a « reçu durant sa prodigieuse carrière de nombreuses récompenses et distinctions, dont la Toque d'Argent décerné au meilleur chef des USA ».
  • Dans son article relayant la triste nouvelle, Le Figaro évoque la mort « du chef cuisinier des Kennedy, contribuant à introduire la cuisine française aux États-Unis, et défenseur acharné des produits frais et de saison, l’emmenant à cultiver ses légumes sur les terrasses de la Maison Blanche et à faire poussé des herbes aromatiques dans les jardins de la résidence présidentielle ».

Ajouter un message