Carnet

Chantal JOLIS

Chantal JOLIS 29 avril 1947 - 27 février 2012
01/10/2015

L’animatrice de radio québécoise, Chantal JOLIS s’éteint à 64 ans, lundi 27 février 2012 à Bassin, Îles-de-la-Madeleine au Québec, terrassé par les suites complications de la maladie de Parkinson. C’est à Grenoble qu’elle voit le jour le 29 avril 1947. Elle débute sa carrière journalistique en France. Bien que dynamique et passionnée, au micro de radio France Inter à Paris, elle est seulement « tolérée » par ses patrons. C’est en 1980 qu’elle arrive au Québec, pour quinze jours, dans le cadre d'un petit échange des Radios francophones publiques. Possédant un esprit ouvert et vif et un ton aussi sérieux que rieur, chaleureux et familier, Radio-Canada lui offre un contrat et fait du Québec son nouveau pays.

  • Le vendredi 2 mars 2012, ses funérailles sont célébrées sur l'Île du Cap aux Meules, suivi d’une inhumation au sud-ouest de l'archipel, sur l'Île du Havre Aubert.
  • 7 Jours annonce la perte de « l’animatrice et journaliste connue pour ses nombreuses émissions radiophoniques qu’elle a animées à Radio-Canada » dans son article annonçant la triste nouvelle. De plus, il y est souligné que « Sa présence chaleureuse et son style décontracté l’avaient fait connaître et apprécier ».
  • Dans son article « L'animatrice Chantal JOLIS n'est plus », Radio Canada revient sur sa carrière et son parcours tout en rapportant qu’elle « a dû renoncer à son émission sur les ondes d'Espace musique en raison de sa maladie » et qu’« en juin 2011, ses amis avaient organisé un spectacle-bénéfice au Lion d'Or, à Montréal, afin qu'elle puisse finir ses jours chez elle ».
  • La Presse intitule de la même manière son article annonçant sa mort. Par ailleurs, il y est rappelé qu’« atteinte de la maladie de Parkinson depuis quatre ans, elle avait dû quitter la barre de son émission à la station Espace Musique en 2009 et avait admis avoir trouvé très difficile son départ de la radio, ajoutant qu'elle « rêvait de revenir » un jour ».
  • De son côté, Le Journal de Montréal souligne qu’« Optimiste, elle exprimait toutefois son désir de revenir à la radio à titre de réalisatrice ou programmatrice, et se souhaitait aussi de trouver l'amour à nouveau ». 
Ajouter un message