Carnet

Charles HANIN

Charles HANIN 19 septembre 1914 - 16 juin 2012
01/10/2015

L’homme politique belge, Charles HANIN a rendu son dernier souffle le samedi 16 juin 2012 à Marche-en-Famenne. Né Charles Marie Paul, baron HANIN, voit le jour le 19 septembre 1914 à Wellin. Il est membre du Parti Social Chrétien. Docteur en droit, il est aussi licencié en notariat. Il a été tour à tour ministre des Classes moyennes, de la Culture française, de la Politique scientifique et de l'Intérieur dans les gouvernements LEBURTON II et EYSKENS IV, sénateur et bourgmestre de Marche-en-Famenne. Il débute sa carrière politique comme conseiller de comté dans la province de Luxembourg et en tant que député dans la province. À noter qu’il a également été l'un des principaux promoteurs de la politique spatiale européenne.

  • RTL annonce son décès à travers l’article intitulé « Décès du baron Charles HANIN, un des fondateurs du Parti social chrétien ». L’article rapporte la disparition d’un « brillant Luxembourgeois, qui a réalisé des avancées majeures pour le statut social des indépendants en augmentant leurs pensions, leurs allocations familiales et leurs indemnités en cas d'incapacité de travail » tout en soulignant «  son rôle de pilier de la politique spatiale européenne par sa collaboration avec la France pour la mise en œuvre du programme Ariane ».
  • De son côté 7 sur 7, se sert aussi du même titre pour son article relayant l’annonce de sa disparition. Son article survole longuement son parcours et souligne qu’il était « une personnalité politique reconnue en province de Luxembourg, qui avait encore été le co-fondateur du Conseil économique du Luxembourg, depuis devenu l'intercommunale Idelux ». Notons que le quotidien Le Soir en fait de même pour annoncer la triste information.
  • Pour sa part, Christian LAPORTE de La Libre Belgique, publie l’article « Charles HANIN, sauveur et dépanneur social-chrétien » afin de faire part de la triste nouvelle. Il y rapporte qu’« une figure historique du Parti social-chrétien s’en est allée à Marche-en-Famenne ». De plus, il lui rend hommage tout au long de son article. Pour se faire, il écrit « Un coup de griffe, mais aussi un hommage quand même à un fidèle serviteur du Parti social-chrétien qui, à plus d’une reprise, fit passer les intérêts de sa formation avant les siens propres, mais qui s’en acquitta au nom d’une certaine conception du sens de l’État et de fidélité au parti qui n’est plus courant de nos jours ». 

Livre d'Or

Ajouter un message