Carnet

Rodney KING

Rodney KING 2 avril 1965 - 17 juin 2012
01/10/2015

Le chauffeur de taxi américain, célèbre pour avoir été brutalement agressé par plusieurs policiers, Rodney KING  a trépassé dimanche 17 juin 2012. Fils de Ronald et Odessa KING, il voit le jour le 2 avril 1965 à Sacramento. Avec ses trois frères et une sœur, il grandit à Altadena dans l'État de Californie. Le 3 mars 1991, à Los Angeles, il est poursuivi par des policiers du Los Angeles Police Department (LAPD) suite à un excès de vitesse. Arrêté par la police et fortement alcoolisé, il se rebelle, mais se fait immédiatement tabasser. Son passage à tabac est filmé par un témoin, le vidéaste amateur, George HOLLIDAY, qui captura à distance la majeure partie de l'incident.

  • Le Parisien publie l’article « Rodney KING, symbole des tensions raciales aux États-Unis, est mort » pour annoncer sa disparition. L’article rapporte que « Rodney KING, dont le passage à tabac par quatre policiers blancs ensuite acquittés avait entraîné de très violentes émeutes raciales à Los Angeles en 1992, a été retrouvé mort dimanche dans sa piscine à l'âge de 47 ans. Il a été découvert « inconscient » au fond de sa piscine et a été déclaré mort à un centre médical local à 6h11 locales ».
  • Libération intitule aussi de la même manière son article relayant l’annonce de son décès. Par ailleurs, son article revient et souligne les impacts de son « passage à tabac » par plusieurs policiers qui furent acquittés par la suite. Il y est aussi révélé que le défunt avait déclaré : « Les États-Unis m'ont pardonné de nombreuses choses et m'ont donné de nombreuses opportunités. Il faut pouvoir avoir une seconde chance et moi je l'ai eue ».
  • Pour sa part, Le Monde fait part de son décès via l’article « Mort de Rodney KING, figure des émeutes de Los Angeles de 1992 ». L’article annonce la disparition de la « figure des émeutes raciales dévastatrices à Los Angeles en 1992, dont la vidéo de son passage à tabac a fait rapidement le tour du monde et l'affaire est devenue l'une des plus médiatiques en matière d'abus de la part des forces de l'ordre » et souligne que « Marqué à jamais, il marchait toujours en boitant et plusieurs de ses cicatrices étaient encore visibles ».
  • Par ailleurs, avec son article « Rodney KING est mort », Le Nouvel Observateur évoque la disparition de celui qui « son tabassage par des policiers blancs avait provoqué des émeutes raciales à Los Angeles en 1992 dont le bilan s'élevait à 53 morts et des milliers de blessés ». 20 Minutes, Le Figaro et Le Point en font de même chacun dans leur article relayant l’annonce de sa mort.
Ajouter un message