Carnet

Pierre HADOT

Pierre HADOT 21 février 1922 - 25 avril 2010
01/10/2015

Le philosophe, historien et philologue français, Pierre HADOT est mort à Orsay, le 25 avril 2010. Spécialiste français de la philosophie antique, notamment du néoplatonisme oriental et latin, il est né à Paris, le 21 février 1922. Il passe son enfance à Reims dans une famille très catholique. Après des études de philosophie et de théologie, il est ordonné prêtre. Il quitte le sacerdoce en 1952, poursuit des études de lettres, et commence une formation de bibliothécaire sans toutefois la finir. Il se marie en 1966 avec la philologue classique et historienne de la philosophie antique Ilsetraut MARTEN.

 

  • Le Nouvel Observateur annonce son décès en publiant l’article « Pierre HADOT est mort à 88 ans ». Il y est rapporté que « Pierre HADOT vient de mourir à l'âge de 88 ans. Le ministère de la Culture a salué « un grand philosophe », « un grand historien », et mieux, « un maître, dont la voix, longtemps encore, résonnera en nous.» ». Par ailleurs, l’article souligne que « Directeur d'études à l'EHESS, puis professeur au Collège de France, ce spécialiste de la pensée hellénistique et romaine né en 1922, à qui l'on devait de nombreuses études consacrées à Plotin, Epictète ou Socrate, avait compris à leur contact que la philosophie n'est pas un pur discours spéculatif, mais une véritable « manière de vivre ». Son parcours atteste qu'un sujet de baccalauréat peut guider votre vie Car en sortant d'une « enfance à l'eau bénite », il avait eu à commenter, en 1939, une phrase de Bergson qui, soixante-dix ans plus tard, lui servait encore de vade-mecum intellectuel : « La philosophie n'est pas une construction de système, mais la résolution une fois prise de regarder naïvement en soi et autour de soi.» ».
  • Pour sa part, Livres Hebdo annonce son décès via l’article intitulé « Le décès du philosophe Pierre HADOT ». Il y est annoncé que « Décédé samedi 24 avril à 88 ans, l’historien de la philosophie Pierre HADOT était internationalement reconnu pour ses travaux consacrés au néoplatonisme et au stoïcisme impérial (Epictète, Marc AURELE). Publié chez Albin MICHEL, l’historien de la philosophie, grand connaisseur des écoles de pensée hellénistiques et romaines, venait de faire l’objet d’un livre-hommage aux éditions Rue d’Ulm ».

 

Ajouter un message