Carnet

Robert GALLEY

Robert GALLEY 11 janvier 1921 - 8 juin 2012
01/10/2015

L’ancien ministre gaulliste, Robert GALLEY s’est éteint à 91 ans, vendredi 8 juin 2012, dans sa ville de Troyes. Né d'un père médecin le 11 janvier 1921 à Paris, il effectue ses études au lycée Louis-le-Grand de sa ville et au lycée Hoche de Versailles. Après la guerre, il passe les concours d'entrée aux Grandes Écoles d'ingénieur et est reçu à l'École Centrale des Arts et Manufactures dont il sort ingénieur diplômé de la promotion 1949. La même année il devient ingénieur de l'École nationale supérieure du pétrole et des moteurs. Il exerce alors diverses fonctions dans les secteurs atomique et informatique.

·         C’est l'Ordre de la Libération, qui a rendu publique l’annonce de son décès.

·         Suite à l’annonce de son décès, le président de la République, François HOLLANDE a rendu hommage à « un héros de la résistance française et figure importante de la vie politique qui avait le sens de l'intérêt général et était animée par la passion de la République ».

·         Le Monde dans son article « Décès de Robert GALLEY, ancien ministre et figure du gaullisme », rapporte qu’il « a servi trois présidents en tant que ministre, occupant une fonction ministérielle pendant quatorze ans d'affilée » et souligne qu’« après ce décès, il ne reste que 27 Compagnons de la Libération encore en vie ».

·         Le site web Agoravox.fr parle de la disparition de « l’ingénieur-ministre de la Ve République et grande figure du gaullisme » dans son article relayant l’annonce de sa mort.

·         De son côté, La Croix annonce la disparition d’une « Figure de la résistance et de l’héritage gaulliste, un grand résistant et ministre pendant 14 années, considérée comme un des grands artisans de l'indépendance énergétique de la France ». Le Figaro en fait de même tout en revenant en chapitre sur sa vie.

·         Alors que Paris Match évoque le décès d’un «  Héros de la Résistance, Compagnon de la Libération, un fidèle du Général de GAULLE et homme d'État qui, de ministère en ministère, a laissé sa trace dans la vie politique » tout soulignant que « La France vient de perdre l'un de ses serviteurs dévoués ». 

Ajouter un message