Carnet

Marcel ROHRBACH

Marcel ROHRBACH 8 avril 1933 - 14 mars 2012
01/10/2015

L’ancien coureur cycliste français, Marcel ROHRBACH est mort à 78 ans, le 14 mars 2012 au Chesnay dans les Yvelines. Né le 8 avril 1933 à Ahun (Creuse), il est issu d'une famille de dix enfants, qui a déménagé dans l'Indre en 1942, à Bélâbre. Au début des années 1950, il commence le cyclisme en amateur au VC blancois, club auquel il restera licencié tout au long de sa carrière. Il passe professionnel en 1957 et remporte notamment le Circuit du Mont Blanc en 1958. Notons qu’il a remporté le Critérium du Dauphiné libéré en 1957 alors qu'il était encore indépendant.

·         Mardi 20 mars 2012, ses obsèques sont célébrées à la paroisse catholique Saint-Jean-Baptiste de Vélizy-Villacoublay.

·         La Nouvelle République annonce sa disparition en publiant l’article intitulé « Marcel ROHRBACH est décédé ». Il y est annoncé que « Champion cycliste d’origine creusoise, bien connu au Blanc, Marcel ROHRBACH s’est éteint mercredi, à 78 ans. Il a tiré sa révérence mercredi dernier. Ce champion cycliste des années cinquante et soixante est décédé à l'âge de 78 ans, dans la région parisienne, à Vélizy-Villacoublay (Yvelines), où il résidait depuis la fin de sa carrière, en 1963 ». Par ailleurs, l’article rappelle qu’« Il passe professionnel en 1957 et remporte notamment le Circuit du Mont Blanc en 1958, puis les Boucles de la Seine en 1960, ainsi que plusieurs étapes du Dauphiné Libéré (1958 et 1959). Mais il se fera connaître lors de ses participations au Tour de France, où il côtoya, entre autres, Raymond Poulidor. En 1957, il bat le record de la montée du Galibier ».

·         Pour sa part, le site web Les Actus du Cyclisme fait part de la nouvelle de sa mort avec un article au même titre. L’article annonce que « Marcel ROHRBACH a tiré sa révérence mercredi dernier, à l'âge de 78 ans, dans la région parisienne, à Vélizy-Villacoublay (Yvelines), où il résidait depuis la fin de sa carrière, en 1963 » tout en soulignant qu’« il a très bien géré sa reconversion : il possédait un hôtel réputé à Versailles, Le Cheval rouge, et a été grossiste en produits pour les hôtels. Fidèle à sa devise : « Si les autres le font, je dois le faire », Marcel ROHRBACH avait donc su passer le cap d'une vie sans vélo, même s'il ne ratait jamais une étape du Tour de France ». 

Ajouter un message