Carnet

Gilbert BRUSTLEIN

Gilbert BRUSTLEIN   1919 - 25 février 2009
01/10/2015

Le militant communiste et résistant français, Gilbert BRUSTLEIN est mort le 25 février 2009, à l'âge de 89 ans. Né à Paris en 1919, il est rendu célèbre par sa participation à l'attentat anti-allemand du métro Barbès, le 21 août 1941 et surtout, le 20 octobre, à l'attentat de Nantes qui déclencha en représailles l'exécution des 48 otages de Nantes et de Châteaubriant. Orphelin de père à 8 mois, il est élevé par sa mère et sa grand-mère. Il fait des études secondaires, passe son brevet et tente le concours d'entrée à l'École normale, mais il échoue en 1936. Sur le plan politique, il milite aux Jeunesses communistes (JC) du 11e arrondissement.

 

  • Le Nouvel Observateur annonce son décès en publiant l’article « Mort du résistant Gilbert BRUSTLEIN ». Il y est rapporté que « Le résistant Gilbert BRUSTLEIN, qui avait tué en 1941 un colonel allemand à Nantes et qui était le dernier survivant des Bataillons de la Jeunesse, une organisation proche du PCF, est décédé mercredi à l'âge de 89 ans, a annoncé vendredi 27 février sa famille ». Par ailleurs, l’article souligne qu’« Il était aux côtés de Pierre GEORGES, dit colonel Fabien, pour le couvrir, lorsque celui-ci avait abattu l'officier de marine allemand Alfons MOSER au métro Barbès à Paris, le 20 août 1941, première action de la résistance armée. Recherché après cet attentat par toutes les polices françaises et allemandes, il avait réussi à gagner l'Espagne, puis Londres et l'Afrique du Nord. Les compagnons de son groupe furent tous arrêtés et fusillés. Sa mère fut déportée par représailles et assassinée à Auschwitz en février 1943. Estimant que le PCF l'avait renié et refusé de reconnaître son rôle dans la Résistance, Gilbert BRUSTLEIN avait quitté le Parti communiste en 1952 ».
  • Pour sa part, Le Télégramme fait part de son décès via l’article intitulé « Décès du résistant qui avait tué un officier allemand en 1941 ». Il y est annoncé que « Le résistant Gilbert BRUSTLEIN, qui avait tué en 1941 un colonel allemand à Nantes et qui était le dernier survivant des Bataillons de la Jeunesse, est décédé mercredi à l'âge de 89 ans, a annoncé aujourd'hui sa famille à l'AFP. Cet attentat avait provoqué les représailles allemandes et, deux jours plus tard, 48 otages avaient été fusillés, dont 27 à Châteaubriant (Loire-Atlantique) parmi lesquels le jeune Guy MÔQUET».
  • Dans son article « Gilbert BRUSTLEIN n'est plus », Le Pays de Châteaubriant annonce que « Le résistant Gilbert BRUSTLEIN, qui avait tué en 1941 un colonel allemand à Nantes, un meurtre qui avait provoqué des prises d'otages par les nazis en guise de représailles. Parmi eux figurait Guy MÔQUET ».

 

Ajouter un message