Carnet

Ernest BLANC

Ernest BLANC 1 novembre 1923 - 22 décembre 2010
01/10/2015

Le baryton français, Ernest BLANC s’est éteint à Sanary-sur-Mer, le 22 décembre 2010. Il vient au monde le 1er novembre 1923 à Sanary-sur-Mer. Employé à l'arsenal de Toulon, rien ne semblait prédisposer le jeune Ernest à la splendide carrière qui allait rapidement être la sienne. C'était sans compter sur quelques oreilles avisées qui, l'entendant chanter à tue-tête dans les ateliers de l'arsenal, le convainquent de se présenter à quelques concours de chant, où il fut rapidement remarqué au point d'intégrer le Conservatoire de Paris. Deux années à peine lui suffisent pour démontrer qu'il est prêt à affronter la scène : les engagements ne tardent pas à affluer.

 

  • Le Sud Ouest annonce son décès en publiant l’article « Ernest BLANC s'est tu pour toujours ». Il y est rapporté que « Le grand baryton s'était retiré en Gironde. Il y est mort la semaine dernière, à 87 ans ». Par ailleurs, l’article souligne que « Le baryton Ernest BLANC s'est éteint juste avant Noël dans l'Entre-deux-Mers, où ce Provençal attaché à ses racines s'était retiré pour se rapprocher de son fils Jacques, chef de chœur de l'Opéra de Bordeaux jusqu'à la saison dernière. Le « midi musical » du chœur lui a d'ailleurs été dédié, la semaine dernière. Il restera comme un des rarissimes chanteurs français à avoir été invité à Bayreuth, le saint des saints wagnérien ».
  • Pour sa part Qobuz fait part de son décès via l’article intitulé « Ernest BLANC est mort ». Il y est annoncé qu’ « Ernest BLANC est décédé le 22 décembre. Le baryton français, qui chanta sur les plus prestigieuses scènes lyriques, était âgé de 87 ans. Il fut l'un des très rares artistes francophones ayant été invité à participer au Festival de Bayreuth ».
  • Dans son article « Décès d'Ernest BLANC, le « métallo » varois devenu baryton », Var Matin annonce qu’ « Ernest BLANC, le baryton né à Sanary en 1923, est décédé le 23 décembre dernier à l'âge de 87 ans, a-t-on appris dernièrement. La vie de ce Varois ressemble un peu à un conte de fées. Celui d'un parcours hors-norme qui a conduit Ernest Blanc, jeune « tourneur sur métaux » de l’arsenal à devenir l'un des plus célèbres barytons du monde ».

 

Livre d'Or

DUBOS claude lundi 15 février 2016
Bonjour . J'ai eu la chance d'entretenir une courte correspondance manuscrite avec monsieur Blanc en 98 et je conserve sa précieuse lettre de remerciement à laquelle il m'a fait l'honneur de me joindre sa photo dédicacée le représentant en costume de scène au théatre colon de Buenos Aires . C'est un artiste à la voix exceptionnelle dotée d'une belle âme . Je pense que Ludovic Tézier suit les traces de son aîné prestigieux .. Bien cordialement claude Dubos

Ajouter un message