Carnet

Jean-Louis CASTAGNÈDE

Jean-Louis CASTAGNÈDE 10 mars 1945 - 18 février 2007
01/10/2015

Le haut magistrat français, Jean-Louis CASTAGNÈDE meurt le 18 février 2007 à Paris, fauché à 61 ans par une rupture d’anévrisme. Il nait le 10 mars 1945 à Rochefort en Charente-Maritime. Il commence sa carrière en 1974, en tant que substitut à Bergerac puis à Saintes. En 1984, il est conseiller à la cour d'appel de Toulouse puis en 1988, à celle de Bordeaux, où il devient président de chambre en août 1994. Il est alors chargé de 1997 à 1998 du procès de Maurice PAPON jugé pour son rôle dans la déportation de juifs, de 1942 à 1944 alors qu'il était secrétaire général de la Gironde. Lui qui envisageait de prendre prochainement sa retraite était hospitalisé depuis plusieurs jours, il décède la nuit du 17 au 18 février 2007 à Paris. Sa mort survient quelques heures seulement, après celle de Maurice PAPON.

 

  • Ses obsèques ont lieu le vendredi 23 février 2007, en l’église Sainte-Clotilde du Bouscat en Gironde.
  • Le Nouvel Observateur annonce son décès en publiant l’article « Le juge de PAPON est mort le même jour que lui ». Il y est rapporté que « Jean-Louis CASTAGNÈDE, qui avait présidé la cour ayant condamné Maurice PAPON pour « complicité de crimes contre l'humanité » en 1998, est mort dans la nuit de samedi à dimanche à l'âge de 61 ans, peu après lui, d'une rupture d'anévrisme, a-t-on appris à la Cour de cassation ». Par ailleurs, l’article souligne que « Ce magistrat avait présidé la cour d'assises de Gironde qui avait jugé Maurice PAPON, à Bordeaux. L'ancien secrétaire général de la préfecture de Gironde avait été condamné à dix ans de réclusion pour « complicité de crimes contre l'humanité ». Sa décision de libérer l'accusé pour raisons de santé dès le début de l'audience avait suscité des critiques des parties civiles ».
  • Pour sa part, TF1 fait part de son décès via l’article intitulé « Le juge de PAPON est mort le même jour ». Il y est annoncé qu’« Hasard du sort, le juge Jean-Louis CASTAGNÈDE est décédé à l'âge de 61 ans, après une hospitalisation de plusieurs jours, victime d'une hémorragie cérébrale, dans la nuit de samedi à dimanche, quelques heures seulement après Maurice PAPON. Or c'est lui qui avait présidé la Cour d'assises de Gironde qui avait condamné en 1998 Maurice PAPON, l'ancien secrétaire général de la préfecture de Gironde, à 10 ans de réclusion pour "complicité de crimes contre l'humanité". C'est aussi le juge Jean-Louis CASTAGNÈDE qui avait pris la décision de libérer l'accusé pour raisons de santé ce qui avait suscité des critiques des parties civiles ».
  • Dans sa dépêche « Jean-Louis CASTAGNÈDE n'est plus », AFP annonce que « Le terme d'« ironie de l'Histoire » n'est pas un vain mot. Quelques heures après le décès de Maurice PAPON, M. Jean-Louis CASTAGNÈDE vient de s'éteindre à son tour. Il était déjà entre la vie et la mort depuis plusieurs jours à la suite d'une rupture d'anévrisme. Âgé de 61 ans, il avait rejoint, entretemps, la Cour de cassation au poste de conseiller référendaire en 2003 ».

 

Ajouter un message