Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Centre Presse Vienne
Corse Matin
L'Echo Charitois
L'Echo de la Presqu'île Guérandaise et de Saint-Nazaire
L'Est Agricole et Viticole
L'Est Républicain
L'Hebdomadaire d'Armor
L'Impartial de la Drome
La Gazette du Val d'Oise
La Presse de la Manche
La Thiérache
Le Bulletin de l'Arrondissement de Rouen
Le Paysan Lorrain
Messager Genevois
Populaire du centre

Le rapport avec la mort a évolué au fil des siècles, doit-on se réapproprier la mort ?


L'évolution des traditions par rapport au décès a évolué...

Les funérailles ont commencé a être moins ostentatoires dans les années 50.
La mobilité géographique, l’urbanisation, les familles recomposées et les pratiques religieuses qui diminuent sont responsables. Les veillées funèbres s'amenuisent dans les campagnes et en ville le cortège funéraire n'est plus possible. Le passage entre vivants et morts (sur le plan anthropologique) est fondamental.

Une spécialisation du rapport à la mort

A partir des années 70. On assiste à une technicisation du rapport au corps malade. Les professionnels prennent en charge le mourant puis le défunt : les professionnels de santé, les pompes funèbres. 
A partir des années 80, apparaissent les thanatopracteurs qui visent à laisser une image positive du corps de la personne lors du décès (comme s'il était encore en vie et en bonne santé). Quid de cette séparation si le corps semble toujours en vie? Et avec la prise en charge globale proposée par les pompes funèbres, il ne reste aux proches que la douleur et l'émotion. Le fait de ne plus préparer soi-même les funéraillespeut provoquer parfois le désœuvrement dans ce travail de séparation.

Aujourd'hui, les gens vont piocher là où ils peuvent…

La crémation et sa traçabilité pose beaucoup de questions, qui ne sont pas encore tranchées par le quidam. L'Etat tend à privilégier les sites funéraires identifiés. 
On ne peut pas s'approprier un défunt. Selon la sociologue Gaëlle Clavandier, nous n’avons pas vraiment basculé dans une autre forme de rapport à la mort identifié. Il n'y a plus de normes (comme celle de porter le deuil tant de jours par exemple).
La  génération « baby-boomer » (plus individualiste et née entre 1945 et 1960) aura-t-elle des projets particuliers ?. Les pouvoirs publics ne semblent pas avoir anticipé la vague de décès qui interviendra dans les années 2020-2050. Les familles seront forcément affectées et avec le report de l'espérance de vie les enfants vont être amenés à perdre très jeunes un arrière-grand-parent.