Skip to main content
cremation-choix-valide.jpg

La crémation, un choix de plus en plus validé

A l’origine, la crémation est une tradition britanique. Le principe est d’incinérer la dépouille du défunt et de récupérer les cendres par la suite dans une urne qui peut être conservée dans un columbarium, scéllée dans un édifice funèbre ou encore dispersée dans la nature ou dans le jardin des souvenirs . C’est un choix qui prend de l’ampleur année après année même si cette pratique est soumise à des réglementations très strictes. 


Pourquoi choisir la crémation ?

La crémation est une pratique dépendante de la religion, de l’idéologie, des moeurs et des habitudes d’un pays, d’une société ou d’un individu. Malgré cela, on observe une nette recrudescence dans le monde entier. Plusieurs théories sont avancées pour expliquer cette tendance

La crémation peut être le résultat :

  • D’un changement de perception sur les obsèques et la mort
  • D’un phénomène de société
  • Des raisons philosophiques, écologiques ou économiques
  • D’un manque d’espace pour les cimetières

La situation en France

En France,  la crémation est surtout choisie par les jeunes, les non croyants, les citadins et les cadres. Les arguments pour expliquer cette conception contemporaine  sont les suivants:

  • Selon un sondage de 1998, la cause primordiale est le souci d’alléger l’existence des vivants. Par exemple,  leur épargner l’entretien d’une tombe éloignée
  • Les crématistes prônent un motif écologique. Ils veulent éviter la pollution et le surpeuplement des cimetières.
  • La crémation est jugée moins onéreuse que l’inhumation classique si les prix sont biens comparés.
  • D’autres trouvent les cimetières laids.  Ils ne tolèrent pas la pensée que le corps y subit une lente décadence. Ils jugent plus poétique d’être consumés par des flammes. Selon eux, l’incinération libère complètement l’âme du corps. Ensuite, les restes dispersées dans le lieu qu’ils ont choisi représentent le geste ultime  pour tirer leur révérence.

Une nouvelle perception

Depuis 1996, les tabous et les mythes autour de la crémation ont été en partie dissipés. Les Pompes Funèbres Générales ont sollicité l’aide des sociologues, des psychiatres, des crématistes, des représentants catholiques et protestants. Les mesures suivantes issues de la concertation de ces spécialistes a permis à la famille endeuillée de mieux comprendre et de mieux vivre l’incinération.

  • La famille doit passer un moment de recueillement  suffisamment long devant le corps du décédé avant la crémation. Pour une bonne préparation psychique, l’urne cinéraire vide est placé près du cercueil.
  • Le four crématoire est tenu d’être éloigné de la salle de réunion des proches. Aucun membre de la famille n’est autorisé à assister à l’incinération
  • La conservation des cendres à domicile est interdite

A lire aussi dans la rubrique Organisation des obsèques :

 Image: Shutterstock