Skip to main content
peur-mort-invincible.jpg

La peur de la mort est tout sauf insurmontable

La peur de la mort survient tôt ou tard dans la vie de l’enfant, mais aussi celle de l’adolescent et de l’adulte. Il suffit d’un triste événement dans votre entourage pour que l’idée de mourir vous hante. Pourtant, cette angoisse, aussi forte qu’elle soit, n’est pas invincible. Comment faire pour la maîtriser ?


Quand perdre un proche ou mourir nous fait peur

L’angoisse de la mort couvre deux grandes appréhensions : celle de perdre un proche, et celle de mourir. Dans le premier cas, la mort d’un frère ou d’une sœur, d’un parent ou d’un conjoint laisse un vide. La crainte se rapporte alors au manque de la personne aimée.

Dans le second cas, on craint notamment la maladie, les imprévus qui, malheureusement, conduisent à la mort. Lorsque l’on craint de mourir soi-même, ce n’est pas du vide que l’on a peur, mais de la façon dont cela va s’opérer. Certains appréhendent la vie après la mort. D’autres se crispent à l’idée de laisser seuls leurs enfants ou leur conjoint. C’est la peur de ne plus être là pour s’occuper des autres, pour profiter des bons moments, entre autres petits bonheurs de la vie.

Réaliser que la mort ne concerne pas que les autres

En général, la peur de la mort survient lorsqu’on est soi-même frappé, de près ou de loin, par le décès d’une personne de son entourage. On ne prend pas forcément conscience du fait que la mort peut frapper à tout moment. L’élément déclencheur des angoisses est le moment où cela se passe dans votre cercle familial ou votre cercle d’amis. Ce n’est qu’en ce moment que vous vous rendez compte que la mort n’épargne personne. Les angoisses commencent à paraître. Vous vous demandez alors : que faire si la mort frappe à nouveau votre famille ? Comment s’assurer que vos proches se relèveront de votre propre mort, quand ce moment fatidique viendra ?

Comment faire pour vaincre cette angoisse ?

Vaincre la peur de la mort chez l’enfant

Arrive un âge où l’enfant a peur de la mort et le fait savoir. Dans une telle situation, il est important que les adultes les plus proches de lui le rassurent. Lui expliquer que cela fait partie de la vie est le meilleur moyen de le rassurer. On meurt parce que l’on est fatigué. Parce que l’on a vu et vécu beaucoup de choses et qu’il est temps de laisser la place aux autres. Parce que l’on est malade et que le corps ne veut plus souffrir. Parce qu’un accident s’est produit. Dans tous les cas, et quelle que soit l’explication que vous avancez, assurez-vous de bien choisir et peser vos mots. Quelle que soit votre approche, souvenez-vous que le but est de le rassurer.

Si votre enfant a des questions, laissez-le s’exprimer et soyez toujours prêt à lui répondre, tout en vous montrant compatissant. Cela n’ôte pas totalement la peur de la mort, mais cela permet au moins d’apaiser les angoisses.

Vaincre la peur de la mort chez l’adulte

Utiliser des expressions plus imagées n’est pas forcément efficace chez l’adulte. En effet, il est conscient de ce qui se passe et des conséquences de la mort d’une personne sur son entourage. Aussi, la peur de la mort est influencée par le vieillissement et les maladies. On craint plus la façon dont on va mourir que la mort elle-même. En parallèle, selon les croyances, certains sont plus troublés par l’existence ou non d’une vie après la mort.

Pour vaincre cette angoisse, il est recommandé de vivre le moment présent, et de faire le point pour se rassurer. Que faites-vous, ou que ne faites-vous pas, qui pourrait affecter votre santé ? Si vous suivez un traitement médical, souvenez-vous que vous êtes courageux, et que vous êtes entre de bonnes mains. Entourez-vous des personnes que vous aimez, et concentrez-vous sur vos passions. Enfin, mettez l’index sur vos angoisses, extériorisez-les en en parlant autour de vous. Acceptez les paroles rassurantes des personnes qui vous estiment et qui vous sont chères.

Enfin, l’astuce pour vaincre l’angoisse de la mort est d’occuper votre esprit au maximum, histoire de favoriser la fatigue saine. Celle que l’on ressent lorsqu’on pratique une activité physique ou lorsqu’on s’adonne à sa passion.

Que faire lorsque la mort menace une autre personne ?

Craindre qu’un proche meure est également tout à fait normal. Toutefois, si vous savez que la personne est condamnée, veillez à faire de vos derniers moments avec elle, des instants de bonheur. Aussi, souvenez-vous que la mort est inévitable. Ne pas vouloir que la personne souffre est une chose, mais ne pas vouloir la laisser partir en est une autre.

Toutes ces émotions ne se contiennent pas, mais il est possible de faire un travail sur soi pour mieux se concentrer sur d’autres choses. De cette manière, vous pourrez surmonter votre peur de la mort.

A lire aussi dans la rubrique Faire face au deuil :

 Image : Shutterstock