Skip to main content
cimetiere-lieu-repos-morts.jpg

Le cimetière, lieu du dernier repos des morts

De manière générale, lorsqu’une personne décède, le corps est enterré sous terre ou incinéré. Dans de nombreux pays, les sépulcres où l’on enfouit les morts sont regroupés dans un endroit spécialement dédié à cet effet, appelé communément cimetière.


Qu’est-ce qu’un cimetière ?

Étymologiquement, le terme « cimetière » est issu du mot latin « cimiterium ou coemeterium », signifiant littéralement un « lieu pour dormir ou dortoir ». Au XVe siècle, il désigne l’espace qui se situe avant l’entrée de l’église. Mais de nos jours, il s’agit d’un terrain public et sacré, où l’on dépose les morts de plusieurs lignées familiales différentes.

Chacune d’elles dispose d’une sépulture individuelle marquée par un emblème, un monument ou des inscriptions. En somme, le cimetière est l’association du champ funéraire et de la nécropole. C’est également le cas pour les sites cinéraires.

Tout au long de l’histoire, la forme de cet espace funéraire a constamment évolué. En effet, le cimetière dans la préhistoire disposait de monuments, ce qui n’était pas le cas au Moyen-âge.

Il est à noter que partout en France, tout cimetière ou encore site cinéraire fait partie des espaces publics, et jamais privés.

Le cimetière existait déjà dans l’antiquité

Depuis toujours, les rites funéraires ont de l’importance dans la vie des hommes. Le rite qui consiste à enterrer les corps dans un endroit spécifique a vu le jour dans la préhistoire, bien avant l’invention de l’écriture. À cette époque, les personnalités religieuses ou les « chefs » étaient mis dans des infrastructures dédiées, comme la nécropole ou le tumulus. De nombreux objets symboliques témoignant de leur richesse les accompagnaient sous terre. Le cimetière le plus âgé se trouve au nord de la Jordanie et date de plus de 16 500 ans environ.

Le culte des morts dans la civilisation égyptienne antique a conduit à la construction de cimetières souterrains gigantesques appelés les nécropoles. Fait intéressant, durant la glorieuse époque romaine, pour des raisons d’hygiène, les citoyens romains n’avaient pas le droit d’être inhumés ou incinérés dans les cités. À la suite de ce décret datant de 450 av. J.-C., ils construisirent des catacombes ou des hypogées à l’intérieur des nécropoles, installées suivant les axes de communication. Ces endroits servaient à enfouir les corps. Les cimetières étaient bâtis en dehors des villes, à proximité des remparts lorsque cela était possible.

Au début du christianisme, on a commencé à accorder plus d’importance aux soins des morts et aux enterrements. Du VIIIe – IXe siècle, la période carolingienne, les rites funéraires et le cimetière en tant que dernière demeure des défunts, ont suscité plus d’intérêt. À l’avènement du christianisme en Europe, les lieux funéraires ont pris de nouvelles dispositions et organisations.

Le cimetière tel que nous le connaissons est apparu dans les paroisses

Au début de l’ère chrétienne, les institutions ecclésiastiques ont établi les cimetières au cœur des communes. Ce concept a été approuvé afin de consolider le rôle de la religion catholique auprès des familles endeuillées. Ainsi, des reliques de saints y ont été intégrées pour sacraliser davantage le lieu.

Les gens nobles ou appartenant à la bourgeoisie étaient enterrés à proximité des églises pour jouir de la protection post-mortem de Saint-Jacques. On y voyait une meilleure approche pour aller au paradis. Quant aux plus démunis, comme les condamnés, les suicidés, les corps étaient jetés dans une fosse commune située aux portes de la ville, privés de culte religieux.

Des lois ont ensuite été établies afin d’interdire de détruire, de violer et de porter atteinte aux sépultures.

Il existe plusieurs types de cimetière

L’apparence du cimetière diffère selon la partie du monde dans lequel on se trouve et selon les traditions. Par exemple, le cimetière situé à Upernavik, au Groenland, est différent de celui que l’on trouve généralement en France. Dans le premier cas, il est interdit de creuser le sol. De ce fait, pour enterrer un mort, on pose les cercueils en surface, puis on le recouvre de ciment ou de pierres. La sépulture est décorée des fleurs artificielles.

Par ailleurs, il existe plusieurs types de cimetière dont :

  • Le cimetière boisé
  • Le cimetière familial
  • Le cimetière militaire
  • Le cimetière naturel
  • Le cimetière paysager
  • Le cimetière virtuel

Selon les modèles de sépultures, le type de cimetière varie également. Pour les inhumations en pleine terre, les corps sont mis dans une tombe ou une tombe-urne et le cimetière se situe sur le terrain commun d’une concession individuelle ou familiale.

Pour une tombe semi-bâtie, le corps du défunt est mis dans un caveautin ou une mini-tombe. Ici, le cimetière prend place dans une concession individuelle ou familiale. Il en est de même pour la tombe bâtie, où le corps est entreposé dans un caveau.

Si les sépultures sont sous forme de cases hors sol, le corps est mis en enfeu ou dans un columbarium. Quant à l’incinération suivie d’une dispersion de cendres, ces dernières peuvent être conservées dans un cimetière nommé « jardin de souvenir », en propriété particulière, ou dispersées en pleine nature.

Les cimetières ont un impact sur l’environnement

Que ce soit pour l’inhumation ou pour la crémation, tous les lieux funéraires et les cimetières se fondent dans la nature. Ces constructions ont un impact considérable sur le paysage et l’écologie. Les cimetières artificiels, tels que les sarcophages, catacombes, pyramides ou cercueils de plomb empêchent les ossements ou le corps du défunt de rentrer en contact avec la terre.

De ce fait, nombreux sont les problèmes environnementaux tels que :

  • l’utilisation des pierres et de marbre,
  • la dispersion de produits toxiques comme les pesticides,
  • l’utilisation de substances pour l’embaumement des défunts,
  • les corps des personnes décédées d’une épidémie, vecteurs possibles de microbes une fois sous terre

A lire aussi dans la rubrique Organisation des obsèques :

 Image: Shutterstock